Le citoyen : un défi pour le dialogue territorial ?

  • Type d'évènement :
  • Organisé par : Comédie
  • Évènement proposé par ou avec l'Institut de la Concertation ? : Non
  • Présentation :

    Premier atelier d’une série de trois ateliers en visioconférence, du 2 au 16 octobre 2020, proposés par l’association Comédie en partenariat avec le CERDD et avec le soutien de la Fondation de France.

    Présentation de la séquence des trois ateliers

    Depuis quelques années, de plus en plus de citoyens participent à titre individuel ou sous forme de collectifs improvisés, c’est-à-dire en dehors des associations ou des organisations professionnelles qui constituent le public habituel des concertations. Cela en fait un public mouvant et difficile à saisir, parfois jugé peu représentatif, porté sur l’action plutôt que sur le dialogue, peu soucieux de l’intérêt général. Ces analyses correspondent-elles à la réalité ?

    Les projets portant sur la biodiversité et la transition énergétique sont emblématiques de cette évolution des publics et de leurs modes d’action. Ils voient les citoyens s’opposer à eux ou au contraire les solliciter ou les promouvoir. L’action des individus et des collectifs informels est elle-même le reflet d’une évolution des formes de mobilisation dans la société, qui passe par les réseaux sociaux, la valorisation de l’action directe et de l’initiative individuelle, l’intermittence de l’engagement. Comment s’adapter à ces évolutions ? En quoi modifient-elles ou non les pratiques de dialogue territorial ? Au-delà des bouleversements qu’elles apportent, en quoi constituent-elles une opportunité ?

    Présentation de l’atelier 1 (2 octobre 2020)

    Il y a dans l’environnement une longue tradition de dialogue avec les groupes organisés, notamment les associations et les organisations professionnelles.  Pour un élu ou un porteur de projet, il est d’ailleurs plus simple d’avoir en face de soi des partenaires structurés, même si les divergences sont parfois vives. Mais la participation aujourd’hui est aussi le fait d’individus ou de collectifs informels.

    Cette évolution pose des questions. Comment  engager un dialogue avec des habitants dispersés ou des collectifs qui n’ont parfois pas de représentants ?

    Les réseaux sociaux conduisent-ils à une désinformation et à une radicalisation des points de vue ? Est-ce légitime que, parfois, quelques riverains bloquent un projet alors que les acteurs organisés y ont contribué et que la majorité de la population ne donne pas son avis ? A l’inverse, peut-on ignorer ces oppositions au nom de l’intérêt général ? Cela nous invite-t-il à repenser nos façons d’organiser la concertation ?

    Cet atelier mobilisera l’expérience des participants et des animateurs de l’association Comédie. Il visera à identifier et comprendre les difficultés que cela pose à ceux qui agissent dans le champ de la transition environnementale et énergétique et à rechercher ensemble des pistes de solutions.

    Animateurs :
    – Marie Eraud et Cécile Malfray, Comédie – Ifrée
    – Pierre-Yves Guihéneuf, Comédie – Geyser – ICPC

    Voir l’atelier 2

    Voir l’atelier 3

    Voir la présentation des ateliers

  • Site Internet : https://www.comedie.org/les-rencontres/
  • Date de début : 2 octobre 2020
  • Date de fin : 2 octobre 2020
  • Horaires : 10:00:00 - 12:00:00
  • Email : info@comedie.org