Cycle Concertation et Numérique

Le cycle Concertation & Numérique

idc-homme-numerique-vert

L'Institut de la concertation et le GIS Démocratie et Participation ont mis en place un "Cycle Concertation et Numérique". Il fait suite au GEP organisé en avril 2015 par l'Institut de la Concertation sur le thème "Concertation et Numérique : vers l'extension du domaine de dialogue".
Dans cette démarche « les acteurs en recherche » se réunissent pour co-construire des questionnements partagés et tenter d’identifier des éléments de réponses. Entre apports théoriques et expériences de terrains, comment se construire une grille de lecture susceptible de favoriser l’identification de bonnes pratiques et de participer à la co-construction des questionnements de recherche ?
Pour apporter des éléments de réponse à ces questions nous avons décider d'organiser un premier cycle d’ateliers autour des usages du numérique dans la concertation. Le sujet est propice dans la mesure où de nombreuses idées préconçues et simplificatrices circulent sur le numérique, tant chez les chercheurs que les praticiens. Les discours d’accompagnements doivent être déconstruits pour réintroduire de la complexité dans l’analyse. Si le numérique paraît offrir des opportunités pour permettre à un maximum de citoyens de participer, il risque également de rajouter une nouvelle barrière d’entrée dans la participation, de superposer fracture civique et numérique, et d’éloigner, encore plus certains publics. Comment objectiver les apports réels du numérique dans la concertation ?
Nous avons décidé de mettre dans ce cycle deux questions au travail :

  • Le numérique favorise-t-il l’inclusion des citoyens ?
  • Le numérique favorise-t-il l’encapacitation des citoyens en améliorant leur capacité à se faire entendre dans les dispositifs participatifs ?

Troisième séance du cycle

La dernière séance a eu lieu le 22 mars 2016 à Marseille (de 14h à 17h30 au medialab Marseille, 18 rue Colbert 13001 Marseille), sur le thème de l’inclusion par le numérique dans les dispositifs participatifs.

A l’heure où le recours au numérique semble se développer au sein de dispositifs de concertation (consultations sur les projets de loi sur la République Numérique et sur la biodiversité, budgets participatifs de Paris et de Grenoble, débats publics de la Commission Nationale du Débat Public, site de Madame la Maire de Paris…), la question de l’apport concret des outils numériques, dans leur grande hétérogénéité, se pose avec d’autant plus d’acuité. Leur intérêt réside-t-il dans leur capacité à inclure de nouveaux publics, ou à améliorer la qualité de la délibération, c’est-à-dire la qualité et la diversité des paroles recueillies ? Dans quelle mesure, ou plus précisément dans quelles conditions, participer en ligne peut-il contribuer à renforcer les modalités de co-construction d’un projet ou d’une politique publique ? Quelles sont les bonnes pratiques en la matière ?
Ces questions ont été mises en perspective par Magali Nonjon, Maître de Conférences en Science Politique à l’IEP d’Aix en Provence.
Elles ont été illustrées par des études de cas :

  • La mobilisation des habitants des quartiers en difficulté de Marseille autour de l’amélioration de leur cadre de vie : les projets NoaillesTousIci et Mérou (Médiatisation des Rénovations Urbaines) – UrbanProd (Julien Coclet)
  • Le numérique dans les budgets participatifs (budgetparticipatif.info - Gilles Pradeau
  • Sites internet participatifs & réseaux sociaux dans le cadre des débats publics sur les grands projets d’infrastructures – Eclectic Experience (Sofia Aliamet)

Le numérique dans les budgets participatifs (budgetparticipatif.info - Gilles Pradeau)

Sites internet participatifs & réseaux sociaux dans le cadre des débats publics sur les grands projets d’infrastructures (Eclectic Experience - Sofia Aliamet)

Pour terminer la séance un temps d’échange collectif a été organisé afin de faire émerger une série de bonnes pratiques et identifier les principaux défis que posent une mobilisation par et sur le web réussie.
Animateurs : David Prothais – Eclectic Experience & Magali Nonjon – Sciences Po Aix.

Retour sur la deuxième séance

Concertation et numérique : Mobiliser par et sur le web à Paris, le 10 novembre 2015 (Compte-rendu plus bas)

Lorsque l’on met en place une consultation mobilisant des outils numériques, l’un des enjeux majeurs est la mobilisation de publics et l’animation de la participation sur la plateforme. Le web notamment peut jouer un rôle majeur pour faire connaître la concertation, diffuser de l’information sur les projets débattus et permettre aux différents publics concernés de venir s’exprimer.
Réussir la phase de mobilisation demande de bien connaître la nature et le fonctionnement du web et de réussir à comprendre les enjeux de l’action collective à l’heure d’internet. Cette séance a été l’occasion de mettre en perspective ces questions au travers de l’intervention de Romain Badouard, Maitre de conférence à l’université de Cergy Pontoise, qui viendra proposer une analyse des enjeux théoriques associés à l’action collective en ligne et à l’animation de plateformes numériques.
Dans un second temps nous avons confronté les enseignements tirés de ce premier échange avec une série d’étude de cas ;
- https://contribuez.cnnumerique.fr/ Le CNNUM autour de leur consultation sur le numérique lancée en 2014 (Somalina Pa)
- Voxe.org et leur plateforme pour favoriser l’engagement des citoyens en politique (Léonore de Roquefeuil)
- Questionnez vos élus, dispositif de dialogue direct entre élus et citoyens via le numérique (Pascal Derville)
- La plateforme nousrassemble.org (Raphael Barbate)
Pour terminer la séance un temps d’échange collectif a été organisé afin de faire émerger une série de bonnes pratiques et identifier les principaux défis que posent une mobilisation par et sur le web réussie. 

 

Retour sur la première séance

La première séance "Concertation et numérique : Entre recherche et analyse de pratiques" a eu lieu le mercredi 8 juillet 2015, de 14h à 17h, à l'IMI, Salle Descartes, 62, boulevard de Sébastopol,75001 PARIS (M° Réaumur Sébastopol).

La première séance était consacrée aux enjeux du design des dispositifs numériques, c’est à dire à la compréhension des enjeux symboliques et politiques des choix techniques rendant possible la participation dans un environnement numérique. La construction des dispositifs représente la « première brique » pour favoriser l’expression de certains publics et proposer un modèle de participation.

En partant d’une analyse « recherche » à travers la présentation d’une grille d’analyse des sites web par Clément Mabi, nous avons discuté d’un certain nombre de critères afin de guider l’analyse des sites web participatifs.

Les participants se sont ensuite divisés en groupes, autour de présentations d’études de cas pour mettre à l’épreuve la grille d’analyse. Pendant une heure et demi, les participants ont échangé entre eux et avec les intervenants sur les choix faits par chacun sur leurs sites participatifs, et les conséquences que cela a pu avoir sur la participation des internautes. La séance s’est terminée par une phase de mise en commun.

Quatre cas ont été présentés :

1 - https://www.parlement-et-citoyens.fr, présenté par Cyril Lage
2 - http://masanteendebat.fr/, présenté par Damien Monnerie
3 - http://psmo.debatpublic.fr/, présenté par Nicolas Patte et Alexandra Moreau
4 - https://idee.paris.fr/, présenté par Clément Pene