Comment les outils numériques renouvellent la démocratie locale

Face à l’essoufflement des partis politiques, la défiance vis-à-vis des élus et l’abstentionnisme des jeunes, les outils numériques apparaissent comme salvateurs. Et cet engouement pour ces dispositifs venus renouveler la démocratie n’a pas échappé aux acteurs privés. Des entreprise de « civic tech » (technologies civiques), en majorité des start-up, ont envahi le marché de la démocratie participative depuis 2015, en vendant aux collectivités des outils numériques au service d’une démocratie plus ouverte, plus transparente. Si certains y déplorent une ubérisation de la démocratie ; d’autres y fondent l’espoir de faire de la politique autrement. Eléments de réponse dans ce dossier.

Sommaire

  1. Les civic techs au service d’une démocratie en danger
  2. « Les civic tech peuvent reconnecter citoyens et système politique » – Axelle Lemaire
  3. Commercialiser la citoyenneté n’est pas sans danger
  4. Qui sont les marchands de démocratie ?
  5. « La démocratie participative répond aux règles du marché », Alice Mazeaud, politologue
  6. Civic tech : des prestataires aux business models à risque
  7. « Loin de se résigner, les citoyens aspirent à jouer un plus grand rôle dans la vie politique »
  8. Le numérique, un outil au service de la participation citoyenne
  9. Gouvernement ouvert : les collectivités territoriales en première ligne
  10. Démocratie participative : les outils numériques doivent encore convaincre
  11. Plus ludique, la concertation attire tous les publics
  12. Bilan positif pour la plateforme numérique de participation citoyenne à Mulhouse
  13. « Les outils numériques permettent de répondre aux enjeux de la démocratie locale » – Nathalie Appéré, maire de Rennes
  14. Renouveau de la démocratie : les idées de Renaissance Numérique pour les collectivités
  15. Les applis de remontée citoyenne révolutionneront-elles la démocratie ?
  16. « La démocratie ne peut se réduire aux élections » – Jo Spiegel

 

 

L’engagement écologique au coeur de la cité

Cet article est extrait du dossier

Le réveil écocitoyen – initiatives et mobilisations

qui comporte les articles suivants :

Le réveil écocitoyen – initiatives et mobilisations  Emiliano Arpin-Simonetti

L’engagement écologique au coeur de la cité  Lucie Sauvé

Apprendre de Mobilisation Turcot  Laurence Brière

Initiatives de transition : un laboratoire social  Félix Lebrun-Paré

À l’école de l’écocitoyenneté Jean Robitaille

Défendre l’appartenance au territoire François L’Italien

Notre-Dame-des-Landes : l’invention d’une autre citoyenneté ? Geneviève Coiffard-Grosdoy

Pour un municipalisme d’ici Jonathan Durand Folco

vTaïwan fait du citoyen la clé de la discussion publique

vTaïwan (Virtual Taiwan) est un dispositif élaboré de consultation citoyenne, croisant participation en ligne et délibérations physiques « augmentées » lors de temps successifs. Depuis 2014, ce dispositif mobilise des civic techs (technologies employées à des fins civiques) et des moyens de communication de masse dédiés. Il fait partie de manière officielle et routinière du processus de création de la loi par les institutions taïwanaises, permettant d’impliquer dans celle-ci des milliers de citoyens à des degrés divers.

Alexandre Detroux (Bluenove) propose dans cet article un point de vue critique sur les modalités de fonctionnement et la performance du dispositif vTaïwan.

LE « POUVOIR CITOYEN » CHANGE-T-IL LA DÉMOCRATIE ? L’EXPÉRIENCE DE SAILLANS VUE PAR SES HABITANTS

LE « POUVOIR CITOYEN » CHANGE-T-IL LA DÉMOCRATIE ? L’EXPÉRIENCE DE SAILLANS VUE PAR SES HABITANTS

Lancée en 2014, l’expérience démocratique de Saillans, petite ville de la Drôme, a suscité la curiosité. Souvent érigée en modèle de démocratie participative, mêlant nouvelles formes de gouvernance de l’action municipale et outils innovants d’association des habitants, cette démarche originale peut-elle aujourd’hui offrir un premier bilan ? Guillaume Gourgues et Clément Mabi, experts des questions démocratiques, s’appuient sur une enquête inédite menée auprès des habitants pour mesurer l’efficience et la portée du « modèle » démocratique de Saillans, pour l’Observatoire de l’expérimentation et de l’innovation locales de la Fondation.

« Garantir l’éthique ? » Faire évoluer les pratiques par le cadrage des dispositifs : chartes & garants de la participation

Communication de l’Institut de la Participation et de la Concertation Citoyenne dans le cadre de la journée d’études ” Posture, professionnalisation & éthique dans les métiers de la participation” organisée par l’association Astérya. 

La multiplication des dispositifs de participation et de concertation s’est accompagnée d’une défiance envers les mécanismes visant à associer les citoyens à la décision publique. Cette défiance se nourrit de plusieurs types de critiques : arguments du coût de ces dispositifs, risque du consensus mou ou au contraire du conflit ouvert, décisions déjà prises, manipulation des participants, information tronquée… Comment rétablir la confiance entre les acteurs ? Comment installer des garanties pour chaque partie, et trouver l’équilibre entre « hardlaw » et « softlaw », inscription dans les textes de lois et dispositifs incitatifs ?

L’objectif de cette communication est de se demander si cet «ensemble des obligations » qui s’imposent aux praticiens dans leur diversité, peut être défini, puis garanti dans la durée. L’ICPC a participé récemment, voire animé, des démarches visant à inscrire des exigences plus précises dans des textes fixant des standards de la participation. Ainsi de l’élaboration d’une charte de la participation par le Ministère de l’Environnement, l’Energie et la Mer, et du travail « Garantir la concertation » qui a participé à l’inscription du rôle du garant dans les ordonnances du 3 août 2016 relatives à la modernisation du dialogue environnemental.

“les conseils citoyens doivent construire des alliances”

Sociologue spécialiste de la politique de la ville, Thomas Kirszbaum accompagne et observe la mise en place de plusieurs conseils citoyens de Bordeaux Métropole. Dans cette interview, il analyse les atouts et les limites des conseils citoyens, et dresse leurs perspectives à moyen terme.

La démocratie participative : entretien avec Loïc Blondiaux

Dans quelle mesure la démocratie participative est-elle susceptible de compléter et d’enrichir la démocratie représentative ? À l’occasion du festival des idées “La Chose Publique” organisé à Lyon en novembre 2017, Loïc Blondiaux, spécialiste de la démocratie participative, était invité à débattre avec Ulrike Guérot lors d’une table ronde animée par Sylvain Bourmeau sur la thématique de l’Europe participative, le 24 novembre 2017.

La Chose Publique est un festival conçu et organisé par la Villa Gillet en partenariat avec l’Europe des Citoyens et financé par Res Publica. Il s’est tenu du 16 au 25 novembre 2017 à Lyon sur le thème “Perspectives européennes”. Loïc Blondiaux a participé avec Ulrike Guérot au débat du 24 novembre, Vers une Europe participative ? (accès au podcast de la conférence).

La radicalité démocratique

Sommaire

Présentation

Temps de l’utopie

Abécédaire des devenirs archipelagiens.
Manifeste de l’Archipel des devenirs

Temps de la démocratie, temps de l’utopie
Antoine Chollet

Expérience démocratique et temporalités de l’utopie
Yohan Dubigeon

Walter Benjamin : l’utopie au présent
Nicolas Poirier

Démocratie radicale

Capacité politique du nombre ? Réflexions sur un postulat utopique de la démocratie radicale

Martin Breaugh

Démocratie radicale et reproblématisation stratégique.
En finir avec la magie viriliste, pas avec l’horizon utopique, dans un pragmatisme libertaire

Philipp Corcuff

Utopies anti-autoritaires et projet démocratique en contexte musulman

Sonia Dayan-Herzbrun

Sur une aporie de la démocratie. Ou : qui est vraiment prêt à laisser le « peuple » gouverner ?

Albert Ogien

Perspectives historiques

Démocratie médiévale. Assemblées d’habitants, commun et utopie

Francis Dupuis-Déri

Utopie, démocratie totale et souveraineté populaire. Du Code de la Nature de Morelly à la Conjuration des Égaux (1755-1797)

Stéphanie Roza

Les idées ne sont jamais coupables si elles sont justes. Mort et utopie dans l’Espagne de 1936

Christophe David

 

 

SUD’EAU 2 : un projet de gestion durable et participative de l’eau et des cours d’eau du sud-ouest européen

Suite à un diagnostic des problématiques soulevées par la gestion de l’eau dans le sud-ouest de l’Europe, le projet SUD’EAU 2 (France, Espagne et Portugal) a pour ambition d’améliorer l’application de la Directive cadre sur l’eau via le développement de méthodologies et d’outils standardisés, accessibles et applicables au niveau local et régional.

Fabienne SANS est Responsable de projets de coopération territoriale européenne au sein du Syndicat mixte d’études et d’aménagement de la Garonne (SMEAG).

Diffuseur: Gest’eau