Rejoindre les jeunes : défis et solutions

Dans sa Politique jeunesse à l’horizon 2030, le gouvernement du Québec identifie un axe d’intervention primordial, la citoyenneté. La participation citoyenne englobe la participation publique, la participation sociale et la participation électorale. Elle s’établit donc à partir de « l’engagement des individus dans des dispositifs formels », « l’implication des individus dans des activités collectives dans le cadre de leur vie quotidienne » et le vote ou la présentation de candidature lors de l’élection des représentants. Cette participation, dans ses trois volets, peut être améliorée chez les jeunes.

Dans le cadre du projet Stratégies jeunesse en milieu municipal piloté par le Secrétariat à la jeunesse, Citoyenneté jeunesse a reçu le mandat de soutenir l’action des municipalités et des municipalités régionales de comté (MRC). L’organisme a donc conçu ce guide pour les guider dans la mise en place de leurs projets auprès des jeunes. Les notions issues de la littérature scientifique, les stratégies et les outils sont classés en trois catégories: informer, mobiliser et informer. Ces trois axes gagnent d’ailleurs à être combinés afin de rejoindre encore plus efficacement cette clientèle dont l’engagement social est primordial.

Boîte à outils « participation des jeunes » GaYa

De nombreux jeunes quittent les régions de montagne par manque de perspectives personnelles et professionnelles. Par ailleurs, la plupart des décideurs politiques ne sont pas conscients des avantages qu’apporte une population jeune et active à la société.

Cette boîte à outils est destinée à aider les décideurs politiques à développer de nouvelles méthodes démocratiques pour impliquer les jeunes dans les décisions au niveau local.

Vous trouverez dans cette boîte à outils :

  • des posters pour sensibiliser vos collègues
  • des études de cas pour vous inspirer des bonnes pratiques
  • des cartes pour trouver des solutions alternatives aux obstacles les plus fréquents
  •  une brochure pour apprendre à développer des démarches participatives
    chez les jeunes

En savoir plus sur le projet Governance and Youth in the Alps : www.alpine-space.eu/projects/gaya

Comment une liste citoyenne peut gagner une élection ?

Plongez dans ce récit de la constitution d’une liste citoyenne et de la campagne qui les a menés à la victoire de la mairie d’Annecy. Ce manuel décrypte les rouages de la démocratie participative et les mouvements citoyens ; il est à la fois un guide pour les futures listes citoyennes et un retour d’expérience sur les conditions de réussite d’une campagne montée sans argent, sans parti, avec la seule conviction de citoyen·nes engagées pour un projet de territoire.

Il offre de précieux outils d’intelligence collective, très accessibles.

Fabienne Grébert aborde notamment les rapports entre les personnalités locales, les conditions de négociation d’une alliance et ses impacts sur le montage d’une équipe à l’agglomération.

Il permettra aux mouvements ou citoyens qui souhaitent se lancer dans cette aventure de déjouer les pièges de la politique politicienne ; ils pourront se préparer au mieux à l’exercice d’une campagne dans toutes ses étapes depuis la conception du projet jusqu’à la désignation d’un exécutif.

Ce livre est organisé autour des temps forts de la campagne et contient des encadrés qui donnent un éclairage sur une méthode, des outils d’intelligence collective, des points de repère.

Porter un projet de territoire en transition, articuler les démarches méthodologiques

Plan climat-air-énergie territorial (PCAET), programme Cit’ergie, appel à projets Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV), contrat de transition écologique… depuis une quinzaine d’années, l’État accumule les dispositifs d’accompagnement de la transition écologique dans les territoires. Derniers nés, les contrats de relance et de transition écologique (CRTE) sont amenés à se généraliser sur l’ensemble du territoire national dès 2021.

Pour les collectivités, notamment les plus petites, c’est un véritable casse-tête. Le CLER a réalisé le guide “Porter un projet de territoire en transition, articuler les démarches méthodologiquespour vous aider à vous y retrouver dans cette jungle de dispositifs. Objectif : se poser les bonnes questions afin de bâtir un projet de territoire en transition cohérent.

  • Qu’est-ce qu’un projet de territoire ?
  • À quoi sert-il ?
  • Comment le construire ?
  • Quelles sont les différentes démarches territoriales de transition ?
  • Lesquelles choisir en fonction des spécificités de mon territoire ?
  • Comment les articuler ?

Le guide répond à toutes ces questions, en s’appuyant sur des expériences concrètes ou encore des recherches-actions menées sur des territoires pionniers. Car il n’y a rien de mieux que l’expérience vécue par les utilisateurs pour concevoir, améliorer et faciliter l’usage des dispositifs.

Démarches de concertation – Prendre en compte la complexité des situations

La préservation du patrimoine naturel se traduit par des actions de plus en plus complexes, avec des acteurs divers, des échelles imbriquées… un vrai casse-tête pour construire collectivement un projet concerté permettant l’engagement de tous !

Aussi, pour aider tout porteur de projet à faire face à ces difficultés, sont réunis dans ce cahier technique un rappel de quelques bases de la concertation, des retours d’expériences évocateurs, des témoignages, des conseils avec une vision plus structurée de ce que peuvent être ces « situations complexes ».

Ce cahier s’adresse tout particulièrement aux porteurs de projet de gestion d’espaces naturels, animateurs ou responsables de la mise en place de démarches de concertation, qui ont déjà des connaissances et des expériences dans le domaine. Il vient compléter les outils existants sur la concertation, en particulier le précédent cahier technique du CEN Rhône-Alpes (2009 – Une démarche de concertation pour la gestion du patrimoine naturel). Il propose des clés de compréhension et des pistes d’actions pour préparer, construire et animer des démarches de concertation dans des situations qui présentent une complexité particulière, c’est-à-dire des caractéristiques qui les rendent difficiles à appréhender précisément et complètement.

 

N’imaginez pas trouver dans ces pages des recettes prêtes à être appliquées, la spécificité de chaque cas rend illusoire une telle généralisation.

Plusieurs spécialistes se sont penchés sur le sujet dans le cadre d’un comité de rédaction coordonné par Pascal Faverot et chacun a pu apporter son point de vue et son expérience.

David Chabanol, aidé de Christine Garin, tous deux spécialistes du dialogue territorial et des démarches participatives, ont tenu la plume, accompagné de plusieurs personnes de contrats de rivières, de CEN, de l’Agence de l’eau ou de la SCOP DiAlter.

Guide du mandat participatif – Quelle place pour la concertation citoyenne tout au long du mandat municipal ?

L’objectif de ce guide du mandat participatif est de proposer, sans dogmatisme, une bonne articulation entre la représentation, fondement de notre système démocratique, et une vie locale plus participative.

Le guide propose des méthodologies simples, rigoureuses et éprouvées. Il est accompagné de fiches pratiques qui vous donneront une vision très concrète de la manière dont il est possible d’associer les citoyens de sa commune sur des projets aussi variés que la révision d’un plan de circulation, l’aménagement d’un nouveau quartier ou encore la programmation culturelle de la Ville.

À travers cet ouvrage et la commission Démocratie locale, l’AMIF se tient à vos côtés pour accompagner votre réflexion sur la place de la participation citoyenne tout au long de votre mandat.

Open Government Partnership engagement resources

New Zealand is a signatory to the International Open Government Partnership Agreement. As part of its work programme under that agreement, the Policy Project has produced the following community engagement resources :

La Nouvelle-Zélande est signataire du programme “Gouvernement ouvert”. Dans le cadre de son plan d’actions, le département “policy projects” a produit ces ressources/guides pour encourager et accompagner l’implication et l’inclusion des citoyens dans l’action publique.

Se développer en rhizome. Guide pratique sur la cocréation

Participer au renforcement de communautés de pratique autour de la cocréation et se faire inspirer pour se lancer dans l’aventure. Telle est l’intention de ce manuel complet et très illustré.

Le Guide pratique sur la cocréation est issu des années d’expérience des auteurs sur le terrain. Il présente un processus de cocréation et fournit plusieurs éléments de réflexion à intégrer ainsi que des pistes concrètes menant à l’action.

Version numérique gratuite, version papier payante.

Le guide pratique du budget participatif

Basé sur nos expériences chez ConsultVox et celles de nos clients, nous vous proposons ce guide dans lequel vous trouverez : les différentes typologies du budget participatif, tout ce qu’il faut savoir pour organiser un budget participatif, les outils à votre disposition et des exemples inspirants. Ce guide s’adresse autant aux collectivités territoriales, fers de lance des budgets participatifs, mais aussi aux universités et autres acteurs publics prêts à expérimenter la démarche.

Animer à distance – Guide de pratiques robustes et éprouvées

Qu’il soit subi ou choisi, le travail à distance bouscule nos habitudes et interroge nos fonctionnements. Pour ce qui est de l’animation à distance, l’inconfort est plus grand encore :

Comment mobiliser une équipe avec pour seul outil la visioconférence ? Comment faire qu’un collectif s’engage et se fasse confiance sans prendre appui sur la proximité, le non-verbal et les temps informels ? Et quid du coaching et de la précieuse alliance qui se construit dans l’espace physique ?

Les questions sont nombreuses, fruit d’un mélange subtil de croyances, de craintes et d’obstacles techniques réels ou supposés. Que vous soyez amené à animer une équipe ou à interagir en individuel, que vous soyez manager, facilitateur, formateur ou coach, cet ouvrage vous permet de donner la juste place au distanciel et de repenser vos pratiques pour assurer la puissance de vos interventions. Vous y trouverez de nombreux conseils et témoignages, et plus d’une trentaine de pratiques décrites dans le détail. Ces pratiques nous les avons toutes testées et éprouvées, entre nous et avec nos clients.

Elles sont l’aboutissement de nos expérimentations et de nos apprentissages durant le confinement et au-delà, via le collectif que nous avons constitué autour du site www.animeradistance.com créé par La Boétie Partners.

Guide de la consultation citoyenne – Vol.01 : s’informer et se lancer

Les décideurs ont conscience aujourd’hui de la nécessité d’impliquer les citoyens dans la gestion et le développement du territoire. Mais comme toute démarche nouvelle, la participation citoyenne fait l’objet de quelques appréhensions. Certains peuvent la voir comme un frein aux projets, d’autres comme un processus supplémentaire qui viendrait alourdir la prise de décision et les organisations… En réalité, la participation citoyenne peut parfaitement s’intégrer à un programme, à un projet, à une vision pour l’avenir. Elle peut venir enrichir une démarche ou initier à elle seule des dynamiques. A condition qu’elle réponde à une réelle volonté de politique de transformation sociale, qu’elle soit guidée par une vision claire et un cadrage solide.Alors : Comment mettre en place une participation efficace, qui a du sens et qui permet d’obtenir des résultats ? Grâce à des questions clés et des explications simples, Fluicity vous aide à poser les premiers jalons.

Faire travailler des groupes en mode “multi-acteurs”

L’Ifrée accompagne, avec ses chargés de missions, l’émergence et la mise en œuvre de bon nombre de projets territoriaux à forts enjeux environnementaux. Ils nécessitent la mobilisation d’acteurs multiples, divers, parfois peu habitués au travail concerté, souvent demandeurs de dialogue, d’échanges et de mutualisation de compétences.

L’ambition de cette brochure est donc de porter à connaissance de ses lecteurs une réflexion, issue des pratiques de terrain que l’Institut a eu la charge d’accompagner, et éclairée par une nécessaire prise de recul, afin de proposer une approche élargie, ouverte et plurielle de la thématique du multi-acteurs.

Après un retour sur les notions d’acteurs, de multi-acteurs et de groupe, cette publication aborde quelques vigilances mais surtout les intérêts qu’il y a à organiser des temps de travail rassemblant des acteurs différents. Intérêts qui se déclinent à la fois pour les personnes impliquées, pour la conception et la mise en œuvre du projet et pour le territoire au-delà du projet spécifique travaillé.

Animer un atelier de concertation à distance – Guide pratique

Vous vous demandez comment animer un atelier de concertation à distance ?  Forte de son expérience, SCOPIC publie en open-source un guide pratique pour animateurs.trices !

 Chez SCOPIC, nous sommes convaincu.es que le contact humain est un levier irremplaçable pour mener à bien les projets. Nous défendons néanmoins l’importance de poursuivre les initiatives de co-construction et de concertation dans cette période inédite de crise sanitaire. 

 Ce guide se veut très pratique et se concentre sur un format d’animation que nous avons régulièrement expérimenté ces derniers mois. Il n’est pas exhaustif, mais compile des informations pratiques et techniques pour mener correctement un atelier en distanciel et se donner les conditions du débat recherché dans toute bonne démarche de concertation.

Guide pratique des conseils de développement

La mise en place d’un conseil de développement ou son renouvellement suscite de nombreuses interrogations. A l’échelle d’une agglomération, d’une métropole,  d’une communauté urbaine ou d’un pays, le conseil de développement contribue à l’élaboration du projet de territoire et poursuit des missions très diverses, différentes selon les territoire.

La Coordination nationale des Conseils de développement (CNCD) propose un guide pratique pour répondre aux questions qui se posent fréquemment :

Le droit de l’enfant à la participation, un guide pratique

L’article 12 de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant garantit le droit à l’enfant « capable de discernement (…) d’exprimer librement son opinion sur toute question l’intéressant », « à cette fin, on donnera notamment à l’enfant la possibilité d’être entendu dans toute procédure judiciaire ou administrative l’intéressant ».

Cet article nous rappelle que l’enfant est un être humain à part entière dont la parole doit être valorisée, et que ce n’est pas seulement un être vulnérable à protéger. Il est toutefois impératif que les adultes qui s’engagent dans ce processus soient formés et compétents et adoptent des stratégies pédagogiques qui ont été réfléchies. Trop souvent, les adultes font semblant d’écouter les enfants. Un projet participatif nécessite un travail en amont de préparation, il faut apprendre à observer le langage du corps de l’enfant, l’aider à s’exprimer à travers des activités ludiques, créatives et artistiques… Il faut non seulement écouter sa parole mais aussi écouter et comprendre son silence, afin qu’il puisse s’exprimer sans aucune crainte. Il en est de même quand un enfant adresse une réclamation à un Médiateur/Ombudspersonne.

Ce guide pratique sur la mise en œuvre du droit à la participation a été rédigé à partir du compte rendu d’une formation organisée à Maurice en 2018 par Association des ombudsmans et médiateurs de la Francophonie (AOMF) et l’Ombudspersonne pour les enfants de Maurice. Il permet ainsi aux membres de l’AOMF souhaitant mettre en œuvre un projet avec des enfants ou traitant des réclamations de mineurs, d’avoir toutes les informations nécessaires au respect de l’article 12 de la CIDE.

Les points de vigilance dans les processus de concertation

Une enquête réalisée auprès de praticiens de la concertation révèle des difficultés majeures qui sont
récurrentes dans les processus de concertation. Elles se manifestent tout au long de ces processus avec un
impact plus ou moins important sur son bon déroulement. Ce document les récapitule et donne les
conseils organisationnels des praticiens pour contourner certaines d’entre elles.

 

Extrait du mémoire de mission professionnelle SupAgro Montpellier – Cirad – Ecozept

Les questions à se poser pour bien choisir un outil d’animation

Ces quelques diapositives donnent des lignes directrices pour aider au choix de l’outil le plus adapté pour
animer une session de travail collective. Elles sont issues d’un travail d’analyse et de mise en perspective d’une
enquête réalisée auprès de 18 praticiens intervenants dans des processus de concertation territoriale sur des
thématiques agricoles, alimentaires ou environnementales.

Nous proposons ici d’opérer ce choix à travers six questions qui vont aiguiller petit à petit vers le bon outil.

Il est également possible d’utiliser le fichier présentant une liste des outils avec des critères de tri.

Extrait du mémoire de mission professionnelle SupAgro Montpellier – Cirad – Ecozept

Choisir son outil numérique de participation citoyenne

A la veille des élections municipales 2020, il ne fait plus de doute que la participation citoyenne est un enjeu crucial des futurs mandats
locaux. Deux grandes thématiques émergent et bousculent les débats habituels : l’écologie et la démocratie participative. D’après une lecture attentive des programmes de 320 candidats de toutes origines politiques par l’agence de concertation Palabreo (* dans 98 communes de plus de 25 000 habitants), plus de la moitié des candidats met en valeur les instances permanentes de concertation et plus
d’un tiers d’entre eux accorde un importance à la démocratie directe.

La thématique revient également régulièrement à l’assaut sur la twittosphère comme nous l’indique une étude de la Vox Populi. Après
l’environnement, le transport et la sécurité, la démocratie participative fait partie des thèmes “challengers” car concerne 5 à 10% des mentions des twittos – il est à noter que cette étude connait une sur-représentation des grandes villes.

Les civic tech prennent d’ores et déjà une place prépondérante dans les stratégies de campagne des candidats dans les plus grandes
villes (Quorum, eXplain, etc…). Elles accompagnent les directeurs de campagne dans leur organisation des équipes, pour pratiquer le porte à porte ou encore cibler les électeurs indécis par bureau de vote. Bien que ces outils soient majoritairement mobilisés et mentionnés dans les campagnes électorales des grandes villes, nombreux sont, par ailleurs, les candidats qui ont organisé une concertation des habitants pour co-construire leur programme de campagne. Sur des territoires de toute taille, le ton est donné : la participation citoyenne commence avant même les élections par l’engagement ou la mobilisation sur l’écriture du programme. Quels sont les outils déployés ? Les réunions publiques bien sûr mais les outils numériques également (plateformes, sondages, appels à idées, etc…).

Mini guide de survie aux réunions à distance

On ne vous apprend rien si on vous dit que l’on évolue dans un monde de plus en plus complexe. Pour relever les défis d’aujourd’hui nous avons besoin de compétences diverses. Personne ne peut seul résoudre les problèmes actuels, personne ne peut seul
transformer nos organisations les rendre plus efficaces, plus innovantes.

Pour inventer le monde de demain on a besoin de se parler, de construire ensemble, bref, de se réunir (et oui). Se réunir oui, mais de façon différente. Le contexte change. Et puis la situation écologique nous pousse à nous poser quelques questions. Même si, on ne va pas se mentir, à distance on ne peut pas retrouver le même niveau d’interaction qu’en présentiel.

Mais il y a aussi de nombreux avantages. On gagne du temps de transport. On peut produire un résultat directement exploitable au format électronique sans avoir à rédiger de compte rendu par la suite.

Et puis nous sommes au royaume du digital. Un royaume où la vidéo est reine. Nous n’avons jamais eu autant de possibilités de  communiquer, d’échanger, de partager des contenus (trop peut-être ?).

Alors qu’est-ce qu’on attend ? Il est grand temps de remettre de l’efficacité et du fun dans les réunions à distance

  1. Préparer la réunion à distance
  2. Règles d’hygiène de la réunion à distance
  3. Recettes de cuisine de réunions à distance

Guide évolutif – Faciliter vos ateliers en formats distanciels et hybrides

Ce guide est le fruit d’une période expérimentale d’une durée d’un mois imaginée par LaBase pour adapter les activités du lab aux contraintes de distanciation sociale tout en restant fidèles à son ADN : créer et nourrir des liens entre personnes désireuses de contribuer à la transformation de l’action publique.

Nous tenons à remercier les complices et membres de la communauté de LaBase qui ont participé de façon volontaire avec un esprit d’ouverture, de bienveillance et de coopération à l’expérimentation. La créativité et l’intelligence collective ont été une nouvelle fois au rendez-vous, nourris par les compétences et les expériences du quotidien de chacun.e.

Le contenu que vous trouverez ici est aussi une synthèse des vécus divers avant le confinement (essentiellement des MOOCs ou autres cours en ligne), des projets qui ont dû être adaptés pendant le confinement au 100% en ligne et d’autres initiatives et projets qui ont émergé pendant la crise et qui nous ont obligé à explorer les possibles avec une vraie attitude “test & learn” (tester et apprendre).

Deux productions nous ont servi d’inspiration et de confirmation des idées présentées : le cours “Digital Leadership: Activating and Holding Transformative Change Online” du Presencing Institute et le guide pour faciliter des ateliers en ligne “The Definitive Guide To Facilitating Remote Workshops” proposé par Mural.

Le but de ce guide est de partager des clés pour aller à l’essentiel. Pour nous, la première chose à faire serait de se poser plusieurs fois ces questions avant de se lancer : quelle est la finalité de cette réunion ou atelier ? quel est l’impact que nous souhaitons créer avec ? que souhaitons-nous que les participants y fassent après ?

Une fois clarifiée l’intention et la finalité, il est plus facile de faire des choix concernant la configuration adaptée et les moyens et l’énergie que cela mérite d’y allouer, non seulement pour nous-mêmes en tant qu’organisateurs et facilitateurs, mais aussi pour les autres personnes en tant que participants. Après la période intense de prise de conscience de la crise sanitaire, il nous semble qu’une façon de continuer à faire notre part de colibris réside aussi dans la recherche de l’efficience par rapport au temps des uns et des autres.

Enfin, il s’agit d’une première version du guide à “crash-tester” sous license creative commons CC by SA 4.0. Nous aimerions l’améliorer par la suite grâce à vos suggestions et retours d’usage ! Voici deux modalités :

  • Vous pouvez nous envoyer vos commentaires et suggestions par mail : contact@labase-na.fr ou contact@transfosystemique.fr
  • Vous pouvez également visiter la page de LaBase sur LinkedIn et échanger sur le fil dédié au guide en cliquant sur ce lien : https://www.linkedin.com/company/labasenouvelleaquitaine/?feedView=documents

La boite à outils de la facilitation en ligne

Ce guide apporte des repères pour mieux concevoir et gérer des ateliers de travail collaboratif à distance.
Il s’adresse à tous les facilitateurs, qu’ils soient expérimentés ou non.

RIC local – Guide pour mettre en place le Référendum d’Initiative Citoyenne dans une commune dès aujourd’hui

Ce guide vise à fournir des pistes juridiques et techniques pour instaurer un Référendum d’initiative citoyenne dans toute commune de France, peu importe la taille. Il y a deux difficultés principales qui expliquent en partie les échecs de ce type d’initiative en France, par rapport à d’autres pays comme l’Allemagne ou l’Autriche, les deux liées à la centralisation qui caractérise notre pays. Premièrement, les règles qui régissent les procédures de décision (c’est-à-dire qui décide comment les décisions vont être prises) sont fixées au niveau national, et les municipalités n’ont aucune compétence pour produire du droit en la matière. Deuxièmement, les compétences des mairies sont très faibles, ce qui offre moins d’opportunités aux citoyens de prendre des initiatives. En dépit de ces deux contraintes, nous fournissons ici un ensemble de préconisations pour fournir une procédure qui garantisse à la fois sa légalité, un coût limité et son succès. Par « succès » nous entendons le fait que le dispositif soit réellement utilisé par les citoyens. Cela est plus rare qu’on le pense en France comme en Europe, et beaucoup de dispositifs plutôt coûteux ont été mis en place sans que les citoyens ne les utilisent.