Evaluation des processus participatifs Guide pratique

Avant de présenter les outils d’évaluation, nous croyons important de faire ressortir notre cadre conceptuel, certaines idées qui guident nos actions d’évaluation. Nous partageons aussi des doutes et nous maintenons certains débats ouverts. Ces deux parties constituent les deux premiers chapitres de ce rapport.

Les outils d’évaluation se trouvent au sein du chapitre « Boîte à outils ». Ces derniers se divisent en Eléments premiers, qu’est-ce qu’on évalue ? et critères d’évaluation des Processus Participatifs. Les éléments premiers sont ceux qui doivent être pris en compte avant l’évaluation et décrire la diversité des situations, contextes, objectifs et thèmes autour desquels se fera l’évaluation.

Dans « qu’est-ce que nous évaluons ? », il y a une brève typologie des expériences plus communes de participation pour nous aider dans la tâche de systématisation et de catégorisation d’expériences. Les critères d’évaluation sont les critères consensuels pour les partenaires du projet et se réfèrent à cinq domaines des processus (la coordination du processus, qui participe, sur quoi participe-t-on, comment participe-t-on et les conséquences de la participation). Dans chacun des domaines, on décrit en quoi consiste le critère (à quoi il aspire) et comment on peut faire son évaluation.

Document d’appui Observatoires Locaux de la Démocratie Participative Phase d’application des indicateurs Observatoire International de la Démocratie Participative (OIDP)

Comprendre et entreprendre une évaluation participative. Guide de synthèse

PerƒEval est un laboratoire de recherche de l’Université Laval (Québec) qui étudie la performance et l’évaluation de l’action publique.

L’objectif de ce pôle d’expertise et de ressources est de contribuer aux réflexions et à l’avancement des connaissances dans un domaine en plein essor. L’équipe du laboratoire PerƒEval est constituée de chercheurs: professeurs, professionnels de recherche et étudiants des cycles supérieurs (maîtrise et doctorat). Ces chercheurs  réalisent des travaux autour de trois axes principaux: l’évaluation participative, la gestion de la performance et l’éthique de l’action publique.

La nouvelle gouvernance génère des transformations importantes du rapport entre l’État et les citoyens. La participation citoyenne est désormais considérée comme un élément essentiel à la bonne gouvernance qui occupe un espace croissant dans les processus de gestion publique au Canada. Ce courant n’épargne pas le champ de l’évaluation des politiques et des programmes publics, au sein duquel on assiste au développement d’approches participatives. Toutefois, le potentiel de l’évaluation
participative est généralement méconnu au sein de la fonction publique et peu d’informations concrètes sur ce « nouvel» outil de gestion sont disponibles.

L’objectif de ce guide est de fournir des repères sur l’évaluation participative. Centré sur les avantages et les inconvénients de la démarche participative, il a pour objectif d’inciter les gestionnaires, évaluateurs ou acteurs de programmes à la réflexion pour mieux identifier les atouts de ce type de démarche et anticiper les difficultés éventuelles auxquelles ils pourraient être exposés ou les questions à prendre en considération au préalable avant de se lancer dans la démarche. Ce guide s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche sur les pratiques exemplaires en évaluation participative financé par l’École de la fonction publique du Canada et repose en particulier sur une revue de la littérature portant sur les avantages et les inconvénients de l’évaluation participative.

GRILLE D’ANALYSE QUALITATIVE DES EXPÉRIENCES LOCALES

Grille réalisée dans le cadre du réseau Partecipando (Participation des citadins aux programmes intégrés de requalification urbaine comme clé pour la cohésion sociale) du programme européen URBACT 2002-2007

  1. La participation : pourquoi et pour qui ?
  2. Outils et méthodes pour la participation des habitants
  3. La communication et la formation des acteurs
  4. Les aspects participatifs dans les différentes phases d’avancement d’un projet

Pour une méthode d’approche des instances participatives locales

Le projet est un essai de formulation simplifiée d’une méthode d’analyse des dispositifs existant sur un territoire, d’évaluation d’une structure particulière et enfin de gestation d’une nouvelle structure sur un territoire donné.

Il s’adresse aux décideurs locaux (élus, fonctionnaires territoriaux et agents de développement).

Habituellement, sur un même territoire co-existent de nombreux dispositifs et de nombreuses structures, qui se recoupent, se superposent, parfois entrent en concurrence, ne serait-ce que pour le temps disponible des personnes qui les animent et pour les financements dont ils peuvent bénéficier. Il importe donc, avant de vouloir créer du nouveau pour répondre à une volonté politique, à un besoin stratégique, à une incitation venue d’en haut ou à une urgence nouvelle, de faire le tableau et le bilan de tout ce qui existe. Idéalement, cela devrait donner lieu à un fichier, mais le simple fait d’être conscient de tout ce qui existe est déjà un atout dans les prises de décision suivantes.
Je propose donc, pour ne rien oublier, une grille (voir ci-dessous le tableau 1) qui retient trois grandes catégories de dispositifs, rangées selon les principaux niveaux territoriaux. Les noms choisis, comme pour les tableaux suivants, peuvent changer d’un territoire à l’autre.

Evaluation de la participation

Evaluer la participation aux politiques de solidarité

La participation citoyenne aux politiques de solidarité est un levier essentiel pour faire changer le regard des institutions sur les problématiques individuelles ou collectives, concevoir des dispositifs et des modes d’intervention plus cohérents et efficaces, et développer la capacité d’agir individuelle des personnes.

Pour accompagner les partenaires et acteurs des politiques des solidarités dans ce type de démarche, le ministère des Affaires sociales et de la Santé a conçu un kit de la participation citoyenne, en lien avec un groupe de travail constitué de professionnels, de responsables d’associations et de citoyens.

Cette fiche sur l’évaluation fait partie de ce kit de la participation citoyenne.

Guide méthodologique Evaluer l’utilité sociale

Guide méthodologique pour les entreprises de l’économie sociale et solidaire.

Dans une société qui aspire à réconcilier le progrès et le souci de la nature, la  gouvernance, au sens large, des organisations est réinterrogée pour intégrer le développement durable, la démocratie participative et la transformation digitale. Il s’agit d’inventer de nouvelles manières d’articuler de manière vertueuse la création
de richesse et la culture de la cohésion sociale. Le Ministre de la Transition écologique et solidaire appelait récemment à « placer l’impact social au coeur de la transformation sociale et économique ». Traditionnellement, évaluer ses activités permet de rendre
des comptes et d’améliorer la performance d’une organisation.

Une démarche d’évaluation d’utilité sociale porte aussi d’autres perspectives : travailler son identité, envisager de nouvelles missions, mettre en évidence des valeurs inattendues. Dans ce sens, l’UCPA a mené un travail de recherche-action sur l’évaluation de l’utilité sociale de 2015 à 2018. Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’une des trois priorités du plan stratégique Sport-Connexions de l’Association : devenir une organisation apprenante.

À l’occasion de la rencontre « Inventer l’asso. de demain » organisée à la suite de l’assemblée générale de l’UCPA le 29 mars 2018 au CNOSF, il a paru utile de partager les principaux résultats de ce travail à travers une présentation abrégée. Un ouvrage
complet sera publié au second semestre 2018.

Guide pour concevoir et animer des réunions et ateliers créatifs

Le Centre des pratiques de la Coopération propose un guide pour concevoir et animer des ateliers créatifs.

Théorie 1 : La créativité en milieu professionnel
Théorie 2 : Les processus de créativité
Théorie 3 : Les dynamiques de groupe
Théorie 4 : La boîte à outils de l’animateur de réunion
Théorie 5 : L’art de la communication selon Guy Kawasaki
Fiche Outil 1 : Atelier d’écriture créative
Fiche Outil 2 : Métaphore
Fiche Outil 3 : Brainstorming visuel
Fiche Outil 4 : Le World Café
Fiche Outil 5 : Scribing
Fiche Outil 6 : Le Creative Problem Solving
Fiche Outil 7 : L’investigation appréciative (IA)
Fiche Outil 8 : Vote pondéré
Fiche Outil 9 : Scénarios
Fiche Outil 10 : Atelier vignettes

Guide “Concerter à l’échelle intercommunale”

Aux yeux des auteurs de ce guide, le constat est sans appel : notre démocratie a besoin de plus de participation. Parce que les citoyens souhaitent s’exprimer davantage. Parce que la concertation enrichit la décision publique, la rend plus adaptée aux besoins et aux attentes, et plus acceptable pour la population dès lors qu’elle y a contribué. Parce qu’elle permet d’établir des ponts sur le fossé qui s’est creusé entre les élus et les habitants. Si les pratiques participatives existent, et se sont multipliées ces dernières années, elles restent trop peu nombreuses au regard des enjeux. L’une des raisons réside peut-être dans la rigueur nécessaire et dans le manque de méthodologie dont sont dotées les équipes locales pour organiser des démarches de concertation efficaces et satisfaisantes pour tous.

Ce guide a vocation à offrir un accompagnement pratique et méthodologique aux élus et à leurs équipes.

  • Le chapitre 1 analyse et définit le concept de démocratie participative et le confronte aux pratiques. Il propose une tentative d’explication au paradoxe selon lequel nous n’avons jamais eu tant besoin de démocratie participative, avec pourtant des pratiques qui restent encore peu ou mal développées.
  • Le chapitre 2 s’attarde sur les particularités de la concertation à l’échelle intercommunale. Faut-il concerter à l’échelle intercommunale ? Quelles sont les différences avec l’échelle communale ? Des pistes de réponse y sont présentées.
  • Le chapitre 3 propose un accompagnement pas à pas pour la mise en place d’une démarche de concertation, quel que soit le sujet sur lequel la collectivité souhaite interroger les citoyens. La méthode proposée débute en amont, dès la conception du dispositif, et s’étend jusqu’à son évaluation et sa valorisation.
  • Le chapitre 4 expose une méthode pour structurer et programmer les concertations dans la durée. Il passe en revue les moyens nécessaires à l’organisation de la concertation, tant financiers qu’humains. Il apporte quelques conseils pour les collectivités qui souhaiteraient avoir recours à un prestataire ainsi que pour celles préférant réaliser la mission en interne.
  • La démocratie participative ne constitue pas un simple outil ponctuel, mais bien une composante à part entière de la démocratie locale. À cette fin, le chapitre 5 établit plusieurs principes pouvant permettre le développement d’une gouvernance plus participative sur toute la durée d’un mandat communautaire.

Les démarches de participation citoyenne – boîte à outils

Guide méthodologique présentant des fiches démarches sur les principaux dispositifs de participation

1 Dispositifs dassociation des citoyens aux réflexions sur les politiques publiques

2 Dispositifs visant à stimuler la création de projets et la mise en réseau

3 Dispositifs visant à élaborer en commun des projets ou prototypes basés sur les attentes des usagers

4 Dispositifs réglementaires

Boîte à outils Visions +21 – Co-construction de visions souhaitables pour des territoires durables

Pour permettre aux collectivités locales de s’emparer des réflexions du groupe de travail national sur les “Agendas 21 de demain” et d’animer une démarche de prospective de leur propre Agenda 21 local, une boîte à outils a été développée au cours de l’année 2013. Des collectivités en Gironde, en Midi-Pyrénées et en Bretagne ont contribué à l’enrichir. Elle se présente sous la forme d’une série d’outils-exercices, à moduler en fonction des besoins des collectivités. Certains outils sont plus destinés à co-produire une vision souhaitée d’un territoire durable. D’autres ont plus vocation à s’interroger collectivement sur les processus en cours et à décliner un scénario adapté au territoire. Comme toute boîte à outils, l’usage et le choix des outils à mettre en œuvre sont à adapter aux spécificités du territoire en s’inspirant des exemples conduits avec la ville de St Orens, avec Lorient Agglomération, le département de la Gironde, le Comité régional A21 Bretagne, la région Midi-Pyrénées et les modes d’emplois, conseils, tutoriaux qu’ils nous ont aidé à construire…

Le site dédié à la boîte à outils Visions+21 a été co-développé par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie et Strategic Design Scenarios.

La Boite à outils Visions+21 est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Les principes sont assez simples :

– Vous avez le droit de copier, reproduire, modifier la Boîte à outils Visions+21
– Attention, si vous générer une oeuvre dérivée à partir de la Boîte à outils Visions+21 vous devez inscrire l’oeuvre dérivée sous la même Licence Creative Commons.
– Vous devez citer les auteurs de celle-ci (Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie et Strategic Design Scenarios)
– La création/conception de la Boîte à outils Visions+21 ne peut être vendue, ou facturée. En revanche, l’animation d’un atelier où la Boîte à outils Visions+21 est utilisée, peut, bien entendu être facturé (mais dans ce cas, c’est la mission d’animation qui est rémunéré et non pas la conception de l’outil).

Guide de bonnes pratiques pour les projets de méthanisation

Les projets de méthanisation se heurtent à des oppositions de collectivités ou de riverains soucieux de ne pas être exposés à des risques d‟explosion, ou de pollution olfactive, visuelle ou chimique. Ces craintes sont compréhensibles, mais d’autant plus incohérentes que les solutions existent, sur un plan pratique et technique, avec des installations adaptées et une optimisation des procédés, la preuve en étant le bon développement de cette filière dans les pays voisins.

C’est pourquoi le Club Biogaz a initié la rédaction du présent « Guide de bonnes pratiques pour les projets de méthanisation » en France. Ce guide a pour objectifs :

  • D’éclairer les porteurs de projet sur les facteurs pouvant influencer ou conditionner l’acceptabilité sociale des projets de méthanisation. Puis de fournir des recommandations, notamment sur la communication et la concertation, afin de favoriser l’intégration des projets.
  • De fournir une aide technique aux acteurs de projets pour garantir la qualité des projets à travers des bonnes pratiques visant à minimiser l’impact environnemental, l’impact sur le voisinage…
  • De convaincre et de rassurer, grâce à la mise en application de ces pratiques, les collectivités qui envisagent ou qui accueillent sur leur territoire des projets de méthanisation, notamment sur les questions sensibles des odeurs, de la sécurité ou encore de l‟intégration paysagère.

Le guide s’adresse aux professionnels, aux porteurs de projets, aux bureaux d‟études, aux constructeurs, aux exploitants de site, etc.

Tout d’abord, il met l’accent sur l’importance d’adopter une démarche sérieuse et crédible qui conditionnera l‟acceptabilité du projet par les populations et associations locales. Les raisons d’opposition, ou les voies de communication ainsi que les sujets sur lesquels il est nécessaire de communiquer seront mis en avant. Le guide aidera aussi les porteurs de projet à démontrer une réelle maîtrise économiquement raisonnable des enjeux énergétiques, environnementaux et sociaux de leur projet, de façon à être crédible auprès des instances politiques, des associations environnementales, des investisseurs.

Ensuite, une deuxième partie apporte les solutions techniques concrètes liées aux sujets sensibles sources d’inquiétude et d‟opposition de la part du public. Ainsi il sera question :

  • Des bonnes pratiques pour limiter l’impact sur la qualité de l’air
  • De la préservation et la restauration de la qualité du sol et des ressources en eau
  • De l’implantation et l’intégration paysagère
  • De la gestion du transport et la prévention du bruit
  • Le cas échéant, de retours d’expérience avec les différents types d’installations (agricole, industrielle, déchetterie, station d’épuration)

Enfin, ce guide se conclut par une charte de bonnes pratiques qui pourrait constituer une sorte d‟engagement de qualité pour les projets de méthanisation

Boîte à outils Les démarches de participation citoyenne

Consultation en ligne, atelier citoyen, hackathon, barcamp… Les démarches de participation des citoyens ont pris de l’ampleur ces dernières années au sein de l’Etat français. Pour accompagner et amplifier le mouvement, le SGMAP a créé, avec un cabinet indépendant, une boîte à outils à destination des administrations.

Pratiques, ces fiches présentent les différents types de dispositifs afin de les aiguiller et de les aider à les mettre en place. Quelles démarches pour quels usages ? Quelles sont, pour chacune, les modalités, la durée, le coût estimatif, le public visé… ?

Guide des outils numériques pour la participation citoyenne dans les collectivités territoriales

LE NUMÉRIQUE VA-T-IL HACKER LA DÉMOCRATIE LOCALE ?

Ils se multiplient depuis 5 ans et leur nombre a explosé en 2017, année de forte actualité électorale. Les outils numériques de participation citoyenne, appelés également les « Civic Tech », promettaient à la société civile de « hacker la démocratie ». Aujourd’hui, bien au contraire, s’ils permettent en effet aux citoyens – habitants de prendre part plus facilement au débat public, ils se développent en collaboration avec les collectivités territoriales. Et permettent même d’ancrer plus fortement les actions de ces dernières

Très visibles au niveau national, que ce soit avec la Loi pour une République Numérique co-construite en 2016 ou de grandes concertations sur des sujets sociétaux comme Mon Projet pour la planète, ces dispositifs se déploient aussi activement dans les territoires : on a vu émerger des budgets participatifs, notamment à Rennes, des consultations régionales comme pour trouver le nom de la Région Occitanie, ou des participations plus concrètes telles que les outils de signalement sur la voirie à Argenteuil et dans de nombreuses
autres communes.

Ces démarches portées par les collectivités répondent à une demande croissante des citoyens et des habitants de contribuer au développement de leurs territoires, de co-construire les politiques publiques, de prendre part tout simplement au débat public et à la vie de leur cité au-delà des élections. Elles permettent d’inclure dans la participation à la vie publique une population plus large, plus rapidement, à moindre coût, apportant davantage de transparence et d’accessibilité aux sujets des territoires. C’est notamment une opportunité d’aller chercher les plus jeunes, plus défiants face aux institutions, pour lesquels les usages numériques sont un moyen plus simple et direct d’expression.

Les territoires de demain se construiront grâce à l’intelligence collective de tous leurs acteurs, y compris et surtout en collaboration resserrée avec les citoyens. C’est la vision que défend la Caisse des Dépôts via la Banque des Territoires, partenaire de tous les acteurs territoriaux.

Mais tous les outils ne se valent pas. Par exemple, il convient d’être particulièrement attentif à la bonne utilisation des données personnelles, en toute éthique et transparence. La confiance en ces dispositifs est essentielle pour garantir l’adhésion des citoyens et donc le développement de projets pérennes. « Comment choisir l’outil numérique adéquat ? » « Pour quels objectifs ? », « Quelles sont les bonnes pratiques à mettre en œuvre ? » « Quels sont les principaux points de vigilance à garder à l’esprit ? » Nous vous proposons avec ce guide de vous plonger dans la variété des outils existants et de vous accompagner dans leur déploiement.

Kit de la participation citoyenne aux politiques de solidarité

Le kit de la participation citoyenne est destiné à l’ensemble des acteurs qui souhaitent mettre en place une démarche de participation des personnes aux politiques de solidarité. Il se décline en 12 fiches opérationnelles illustrées avec des exemples d’outils et de pratiques inspirantes.

Ce kit a pour objectifs de :

  • répondre aux questions que pourraient se poser les acteurs : les enjeux et objectifs de la participation
  • proposer des éléments de réponse aux principales réticences et freins émis, avec des exemples concrets pour convaincre les acteurs et les personnes concernées
  • proposer une « manière de faire » sur différents aspects de la mise en place de la participation

La participation citoyenne aux politiques de solidarité est un levier essentiel pour faire changer le regard des institutions sur les problématiques individuelles ou collectives, concevoir des dispositifs et des modes d’intervention plus cohérents et efficaces, et développer la capacité d’agir individuelle des personnes.

Pour accompagner les partenaires et acteurs des politiques des solidarités dans ce type de démarche, le ministère des Affaires sociales et de la Santé a conçu un kit de la participation citoyenne, en lien avec un groupe de travail constitué de professionnels, de responsables d’associations et de citoyens.

Fiche 1 : Définir les objectifs de la démarche (annexes jointes)

Fiche 2 : Convaincre les acteurs et les structures (annexes jointes)

Fiche 3 : Réaliser un état des lieux de l’existant (annexes jointes)

Fiche 4 : Structurer et coordonner la démarche (annexes jointes)

Fiche 5 : Optimiser la logistique (annexes jointes)

Fiche 6 : Identifier et mobiliser les participants (annexes jointes)

Fiche 7 : Préparer et accompagner les personnes

Fiche 8 : Animer une réunion de participation (annexes jointes)

Fiche 9 : Évaluer la démarche de participation (annexes jointes

Fiche 10 : Outils et modèles

Fiche 11 : Bibliographie, vidéo et sites de référence

Fiche 12 : Contacts

Faire participer les citoyens ! Cas pratiques en Île-de-France

Dans un contexte de crise de la représentativité, la participation apparaît comme indispensable pour les collectivités qui veulent renouer un lien de confiance avec leurs citoyens. Toutefois, il est nécessaire de prendre en compte quelques principes pour se lancer dans une telle aventure collective.

Pour identifier des initiatives de porteurs de projet, la DRIEE et l’AREC ont lancé en 2018 un appel à manifestation auquel 31 structures ont répondu. Des entretiens avec les porteurs de projet ont été organisés. Au final, 13 initiatives ont été retenues avec quatre clés d’entrée du recueil :

. L’inscription de la démarche dans la durée

– Reconstruction du futur centre de traitement des déchets ménagers du SYCTOM
– Agenda 21 « Marcoussis 2038 coconstruit avec les habitants »
– Agenda 21 de la résidence La Forêt à Montgeron (91) du bailleur « 1001 Vies Habitat » avec par l’association E-graine acteur ESS

. La mobilisation des publics concernés par les initiatives

– Budget participatif de la Ville de Montreuil
– Les associations du Val-de-Marne, un relais pour développer la culture du risque inondations
– EPTB Seine Grands Lacs avec le Conseil départemental du 94

. L’intégration de la participation dans la durée avec les initiatives

– Coconstruction d’une opération d’aménagement à Villepreux portée par la Communauté d’agglomération de St-Quentin-en-Yvelines
– Électrons solaires 93 : coopération pour l’installation de panneaux photovoltaïques
– Consultation locale pour la création d’une régie publique de l’eau en cœur d’Essonne
– Création d’une épicerie participative à Châteaufort par l’association Epi Castelfortain

. Le changement de pratiques avec les initiatives

– Réaménagement de l’avenue Gambetta à Courbevoie suite au prolongement du RER E
– Le Conseil de Développement (CODEV) de la Communauté d’agglomération de Grand Paris Sud, une instance d’expression citoyenne
– Coconstruction du plan climat de la Communauté Paris-Saclay
– Démarche expérimentale de la Petite ceinture parisienne (voie ferrée entourant la Ville de Paris.

Agenda pour la Démocratie Locale

L’Agenda pour la démocratie locale est composé d’une série de recommandations destinées aux gouvernements locaux du monde entier pour améliorer la démocratie dans leurs institutions. Ce document a été élaboré par le biais d’un processus de co-création sur la plateforme OIDP PARTICIPATE et approuvé le 27 novembre 2018 lors de l’Assemblée générale de l’Observatoire International de la Démocratie Participative (OIDP).

Une infographie avec les points saillants de l’Agenda est également disponible ici.

La boîte à outils des Conseils de quartier

La boîte à outils des Conseils de quartier propose des outils et des méthodes innovantes pour améliorer le fonctionnement des Conseils de quartier parisiens.

Ces douze derniers mois ont été placés sous le signe de la concertation pour les 124 Conseils de quartier parisiens. Depuis le lancement de la concertation sur les bonnes pratiques des conseils de quartier en mars 2018, 300 conseillers ont participé à un Créativ’café dans les Salons de l’Hôtel de Ville, 337 ont partagé leurs idées en ligne sur la plateforme de concertation idee.paris et trois Conseils de quartier, des 10e, 11e et 12earrondissements, ont mené une expérimentation entre janvier et mars 2019 pour tester à l’épreuve du terrain de nouvelles pratiques innovantes.

Le Conseil des générations futures et la Commission parisienne du débat public ont également apporté leur point de vue extérieur et leurs idées neuves sur le fonctionnement des Conseils de quartier.

Le résultat ? Une boîte à outils élaborée avec l’association Démocratie ouverte rassemblant vingt fiches pratiques pour mobiliser, animer les réunions, mettre en œuvre des projets mais aussi mieux communiquer. Faire une cartographie d’acteurs pour mobiliser autour d’un projet, mettre en place des porteurs de parole pour recueillir les idées des citoyens dans la rue, organiser un débat mouvant, une marche exploratoire ou encore apprendre à fonctionner en mode labo n’aura plus de secret pour vous après lecture de cette boîte à outils.

Chaque Conseil de quartier peut s’en saisir et pourra bientôt proposer de nouvelles fiches inspirées de ses propres bonnes pratiques, sur un nouveau site internet dédié aux Conseils de quartier.

Une offre d’ateliers citoyens, spécialement conçus pour les conseillers de quartier souhaitant se former à ces techniques et mieux comprendre le fonctionnement de la Ville de Paris, sera par ailleurs proposée à partir de septembre 2019.

La concertation énergie-climat

La série des Carnets pratiques de l’IAU île-de-France vise à proposer un ensemble de méthodologies pour accompagner les acteurs franciliens dans le montage et le portage de leurs projets. À vocation technique, ils fournissent outils, méthodes et bonnes pratiques, accompagnés d’exemples concrets, permettant de mieux appréhender les différentes étapes du montage de projet, de sa réfl exion à sa réalisation.

Ce carnet « La concertation énergie-climat » a pour objectif de donner les clés nécessaires à la mise en œuvre d’une démarche participative dans les projets énergie-climat des collectivités : plans climat-air-énergie territoriaux, lutte contre la précarité énergétique, installations d’énergies renouvelables – chaufferies, unités de méthanisation, éoliennes… –, stratégies locales de développement des filières, etc.

Reposant sur une formation dispensée en 2017-2018 par le département énergie-climat de l’IAU îdF, désormais AREC îdF, cet ouvrage présente, via une approche chronologique, l’ensemble des outils et méthodes essentiels à la réalisation d’une concertation effi cace
et productive.

Qu’est-ce qu’une démarche de concertation ? Quand et pourquoi la mettre en œuvre ? Dans quel cadre réglementaire s’inscrit-elle ? Après avoir examiné ces questions fondamentales, le carnet poursuit sur les aspects pratiques de l’initiative, selon une approche séquencée, étape par étape, de la phase préparatoire (expression du besoin, étude de contexte, stratégie, plan de mobilisation) à la réalisation (techniques d’animation, formats de rencontres, postures…) et, enfin, l’exercice de restitution et d’évaluation de la démarche.

Petit manuel du citoyen ré-enchanté : Guide des initiatives démocratiques

Au sein de La Fabrique Spinoza, le groupe de Passeurs du bonheur citoyen de Paris  agissant  sur la thématique « Bonheur  et Démocratie » a conçu un Petit manuel du citoyen ré-enchanté constitué de différents profils de citoyen associés à des dispositifs et initiatives. L’idée étant de permettre à chacun de (re)devenir un citoyen actif dans la sphère publique.

La citoyenneté revêt différentes formes, et chacun d’entre nous la pratique … à sa façon, selon ses aspirations.

Ce Petit manuel du citoyen ré-enchanté » a pour unique objectif de vous aider à y voir plus clair : plus clair dans ce qu’est la citoyenneté, plus clair dans ce que sont vos aspirations en matière d’engagement, et enfin plus clair dans la myriade de dispositifs existants pour trouver celui qui vous correspond.

Un petit parcours ludique et instructif conduit le lecteur à se reconnaître dans une ou plusieurs formes de citoyenneté qui lui ressemblent, et à prendre connaissance de dispositifs (initiatives, lectures, …) qui (ré) enchanteront sa vie de citoyen !

Afin de trouver le(s) profil(s) qui vous correspond(ent), nous vous proposons un petit jeu sous forme de quizz. Vous pourrez ensuite consulter au sein du Petit manuel du citoyen réenchanté les « tendances citoyennes » qui les décrivent, et accéder à des exemples de dispositifs qui devraient vous plaire !

Etes-vous plutôt un citoyen solidaire, révolté, ou local ? jouez et découvrez les 8 profils.

Accéder au quizz

Ce Petit Manuel est une initiative citoyenne. Un grand merci aux contributeurs : Anne Dervilly, Gaëlle Assier, Marianne Mercier, Massira Cherif, Michèle Dhaussy ; ainsi que : Alexandre Jost, Audrey Berté, Augustin Roncin, Benjamin Dourdy, Catherine Desprezcat, Fabien Guyot, Gilles Hauser, Jérôme Vauselle, Jordan Accart, Julie Madon, Julien Triger, Saphia Larabi ; aux participants de l’atelier autour de l’expérience de la puissance citoyenne pour Jardin 21 : Nieme, Agnès, Arnaud, Garance, Doria, Fabienne et Clémence ; et un grand merci à Shirley Gabali pour la réalisation de la couverture.

Cette liste est évolutive et sera adaptée tous les 6 mois. N’hésitez pas à nous partager vos retours ou initiatives en contactant : democratie-paris@fabriquespinoza.fr

La participation des personnes ressources concernées aux formations à l’intervention sociale

Le travail social s’appuie sur des savoirs universitaires en sciences sociales et humaines, sur les
savoirs pratiques et théoriques des professionnels du travail social et sur les savoirs issus de l’expérience
des personnes bénéficiant d’un accompagnement. Cette reconnaissance, à égalité, de trois formes de savoirs, affirme la légitimité d’une contribution pleine et entière des personnes accompagnées aux formations des professionnels du champ social et médico-social.

Des travaux de recherche, réalisés en France ou à l’étranger, ont montré l’impact positif de cette
participation : elle développe la capacité d’attention et la proximité entre les professionnels et les
personnes accompagnées ; elle favorise les processus de décisions partagées ; et grâce à une relation
renouvelée, elle permet aux travailleurs sociaux de redonner sens à leur métier et à leur engagement.

Il est possible de mettre en place des co-formations avec les personnes accompagnées, reconnues comme personnes ressources.

Ce guide présente différentes manières de le faire, en donne des illustrations et propose des outils pratiques. Il revient aux formateurs et aux personnes ressources de s’en emparer, pour que les co-formations de travailleurs sociaux se généralisent dans notre pays.

Les brise-glaces, c’est du sérieux

Le guide antigadget pour éviter la surchauffe dans un débat démocratique.

Ce petit recueil propose 10 brise-glaces et quelques conseils pour leur bonne utilisation en réunion.

Document  élaboré collectivement par la Cousinade “La Gironde s’invente”, qui réunit le Conseil Départemental de la Gironde et plus de 200 collectifs engagés pour les transitions sociales, écologiques, alimentaires, pédagogiques, énergétiques, démocratiques, économiques… en Gironde : Territoires en transition, colibris, Agenda 21 locaux, actrices et acteurs de l’éducation pour un développement durable et de l’éducation populaire,  exploratrices et explorateurs de l’écosystème d’innovation publique LaBase, acteurs et actrices de l’innovation sociale, collectivités girondines, associations et collectifs citoyens, acteurs publics et privés, animatrices et animateurs de la participation citoyenne (groupe d’échanges de pratiques avec l’Institut de la concertation et de la Participation Citoyenne, acteurs de la responsabilité sociétale, jardiniers alimentaires, chercheuses et chercheurs, change makers, porteurs d’envies et de projets, tribu du changement, témoins inspirants du film “Ici et maintenant, la Gironde s’invente” et leurs complices… Elle est ouverte à toutes et tous.

Concertation et Planification en Urbanisme. Concertez aujourd’hui pour planifier votre territoire de demain

La DREAL Occitanie, avec le CEREMA et Melle Design, propose des outils pour vous aider à mieux comprendre et conduire votre démarche de concertation :

Des fiches de présentation

 Un recueil de 10 fiches ressources

Un jeu pédagogique

Guide méthodologique pour un dialogue constructif avec les parties prenantes

Ce Guide méthodologique a vocation  à accompagner la mise en œuvre  opérationnelle du dialogue par tous les  acteurs impliqués dans ces démarches  volontaires. Il a comme objectifs  principaux de :

  1. Proposer une liste de recommandations méthodologiques qui permettront à chaque acteur d’éclairer ses choix et  de construire sa stratégie de dialogue  avec les parties prenantes, de façon  adaptée au contexte et aux acteurs en  présence, et selon ses propres enjeux de  responsabilité sociétale.
  2. Servir d’aide à la mise en œuvre, à la conduite d’une démarche de dialogue et de base pour une auto-évaluation de la  démarche.
  3. Proposer une liste de questions permettant aux différents acteurs d’estimer si les conditions sont réunies  pour que le dialogue mis en place soit  constructif, engagé et productif.

32 pages