Documents

Retrouvez ici livres, articles, manuels méthodologiques, rapports, textes de loi, chartes, films...


  • Type de document

652 documents trouvés
  • MISSION D’ACCOMPAGNEMENT ET DE CONSEIL POUR LE GRAND DÉBAT NATIONAL

    Auteur(s) : Chantal Jouanno

    2019

    La Commission nationale du débat public (CNDP) a été saisie par le Premier ministre le 14 décembre 2018 dans la préparation de l’organisation du Grand Débat National qui se tiendra à partir du 15 janvier 2019.

    Par décision du 17 décembre 2018, la CNDP a accepté cette mission pour accompagner et conseiller le Gouvernement dans l’organisation du Grand Débat National et désigné sa Présidente, Chantal Jouanno pour l’assurer dans le respect des principes du débat public.

    La mission de la CNDP et de sa Présidente était de :

    • proposer une méthode de débat national,
    • proposer les principes de ce débat,
    • accompagner la mise en place de son organisation matérielle et humaine.
    https://www.debatpublic.fr/grand-debat-national-1
  • Démocratie participative et quartiers prioritaires : réinvestir l’ambition politique des conseils citoyens

    Auteur(s) : Ilaria Casillo ; Daniel Rousseaux

    2019

    Le 21 mars 2018, le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales a saisi la Commission nationale du débat public (CNDP) pour réaliser un rapport sur les  conseils citoyens, une instance de démocratie participative spécifique aux quartiers prioritaires de la politique de la ville.

    Le 4 avril 2018, la CNDP a décidé de confier cette mission à sa vice-présidente, Mme Ilaria Casillo.

    Après 6 mois d’enquête approfondie, 258 acteurs rencontrés, dont 119 conseillers citoyens, 128 heures d’auditions, 23 villes étudiées, 1 journée de débats avec 80 conseillers citoyens et 760 conseils citoyens touchés par un questionnaire de l’Observatoire Nationale de la Politique de la Ville, la CNDP constate un essoufflement des conseils citoyens et préconise 10 actions pour relancer ce dispositif.

    Pour télécharger le rapport : https://www.debatpublic.fr/sites/cndp.portail/files/documents/rapport_conseils_citoyens_casillo_rousseaux.pdf

    Pour télécharger la synthèse : https://www.debatpublic.fr/sites/cndp.portail/files/documents/1811_synthese_4p._cc.pdf

    https://www.debatpublic.fr/sites/cndp.portail/files/documents/rapport_conseils_citoyens_casillo_rousseaux.pdf
  • La démocratie locale : c’est pour quand ?

    Auteur(s) : Séverine Cattiaux

    2018

    La décentralisation mène sa vie, mais la démocratie locale est malade. Ses pères fondateurs ne l’avaient pas prévu, mais ils ont créé dans les collectivités des petits potentats locaux. De fait, il y a peu de contrôle sur les élus locaux. Ni l’opposition municipale, ni les préfets, ni les CRC ne semblent à même de faire régner l’ordre républicain lorsqu’il est malmené par des élus locaux qui se croient trop souvent tout permis, puisqu’ils ont l’onction du suffrage universel. Alors que faire ? Plusieurs pistes doivent être explorées, du renforcement des moyens de l’opposition politique à une plus grande séparation des pouvoirs dans le fonctionnement des collectivités territoriales.

    Sommaire

    http://www.lettreducadre.fr/dossiers/democratie-locale-cest-pour-quand/
  • Processus participatifs et urbanisme à l’échelle métropolitaine. Une perspective comparative entre Lyon et Montréal

    Auteur(s) : Lila Combe

    2014

    La thèse interroge le lien entre la participation et l’urbanisme à l’échelle métropolitaine. Partant du constat de mutations profondes ayant marqué le champ de l’urbanisme ces trente dernières années, se caractérisant pas la multiplication des acteurs, des niveaux et des dispositifs d’intervention ; et parallèlement d’un essor significatif des pratiques participatives locales, nous souhaitons interroger la manière dont es deux phénomènes s’articulent.

    Notre problématique est la suivante : dans quelle mesure la participation permet-elle la prise en compte dans les politiques urbaines, des enjeux portés par le(s) public(s) ? Permet-elle ainsi d’influencer les choix de planification urbaine ? Génère-t-elle en outre une plus grande coordination dans l’élaboration de ces politiques, dans un contexte de forte fragmentation des acteurs, des échelles et des dispositifs d’action urbaine ? Quels sont les acteurs qui favorisent la venue de ces effets ? Nous abordons ces questions à l’échelle de la métropole, qui induit un ensemble de spécificités relatives à l’action sur les territoires et au public participant.

    Prix de thèse sur les collectivités locales

    In: Droit et gestion des collectivités territoriales. Tome 34, 2014. Éducation, formation, recherche. Quelle place pour
    les collectivités territoriales ? pp. 669-678

     

    https://www.persee.fr/doc/coloc_2111-8779_2014_num_34_1_2869?q=combe+d%C3%A9mocratie+locale+association
  • Les « échappées » des expérimentations, une forme de design social des espaces ? Le cas du réaménagement du quartier du Blosne à Rennes (France)

    Auteur(s) : Flavie Ferchaud , Marc Dumont

    2015

    Inlassablement aux prises avec la question de la participation des citoyens, les acteurs publics en France comme dans d’autres pays européens ont tenté d’en intégrer de manière récente à des formes plus expérimentales dans le cadre d’opérations d’urbanisme. Ces pratiques permettent-elles réellement de renouveler l’expression et les formes du politique en milieu urbain ? Dans leur tentative d’articulation des dynamiques sociales avec l’action publique, parviennent-elles à définir de nouvelles modalités de design social des espaces construits ?

    Pour tenter d’y répondre, l’article s’appuie sur une analyse réalisée dans le cadre d’une recherche-action menée à l’occasion d’une pratique expérimentale de participation en urbanisme, en France, dans un quartier classé zone urbaine sensible (ZUS) de la Ville de Rennes, quartier qui fait l’objet depuis plusieurs années d’un projet de renouvellement urbain. Trois registres propres à cette expérimentation y sont dégagés : la performance, le réformisme et la capacité indirecte à induire certaines dynamiques sociales.

    Un article de la revue Lien social et Politiques 

    Numéro 73, Printemps, 2015, p. 199–214
    Les aménagements de la participation

    https://www.erudit.org/fr/revues/lsp/2015-n73-lsp01906/1030958ar/
  • Promouvoir la « citoyenneté » dans les quartiers populaires : les professionnels du développement social urbain à l’épreuve des enfants et des jeunes

    Auteur(s) : Benjamin Leclercq , Jeanne Demoulin

    2018

    Cet article interroge les tensions qui régissent l’injonction à se comporter en citoyen dans les quartiers populaires en France. Plus spécifiquement, il s’intéresse aux pratiques des professionnels du développement social urbain, recrutés ou mandatés par des organismes HLM pour lutter contre les incivilités dont les enfants des locataires sont rendus responsables (dégradations, vandalisme…). Les interventions sociales conçues par ces professionnels à l’intention des enfants et des jeunes s’apparentent à des formes d’éducation à la citoyenneté qui oscillent entre normalisation des conduites et valorisation de l’engagement pour le bien commun. D’un côté, elles constituent des expériences susceptibles d’engendrer des questionnements profanes sur le vivre-ensemble dans la Cité. De l’autre, en demeurant tributaires d’une approche gestionnaire de l’espace public, elles résistent mal au simple rappel des normes élémentaires du savoir-vivre en société. Pour éviter cette approche morale de la citoyenneté, les agents cherchent alors à donner des capacités à leur public afin que celui-ci résolve de lui-même les problématiques auxquelles il est confronté. Ce travail participatif est redevable d’une conception capacitaire de la citoyenneté, impliquant une maîtrise préalable de la civilité. Il s’adresse ainsi aux jeunes les plus influents, les « grands frères » qui détiennent des compétences d’encadrement de leurs pairs. Les professionnels cherchent alors à leur donner des « codes » pour être reconnus comme partenaires des institutions. Mais ce partenariat implique d’acquérir des compétences d’adaptation aux façons de faire et de dire la politique locale qui n’autorisent pas ces jeunes à publiciser leurs critiques ordinaires du fonctionnement institutionnel.

    Un article de la revue Lien social et Politiques 

    Numéro 80, 2018, p. 171–189
    Citoyenneté des enfants et des adolescents

    https://www.erudit.org/fr/revues/lsp/2018-n80-lsp03532/1044115ar/
  • Les représentations sociales de la démocratie : réflexivité, effervescence et conflit

    Auteur(s) : Anne-Marie Gingras, Adriana Dudas, Magali Paquin, Marc Foisy

    2017

    Cet article porte sur la « démocratie sociale », un concept qui ressort avec force dans notre recherche sur les représentations sociales sur la démocratie. Nous avons interviewé 110 personnes ayant accès à l’espace public dans le but de saisir leur compréhension de la démocratie, de ses diverses dimensions et des principaux enjeux qui l’affectent. La démocratie sociale, ou démocratie comme état de société, s’oppose à la démocratie institutionnelle (pratiques politiques institutionnelles et État de droit) à l’égard de laquelle les critiques abondent. La démocratie sociale comporte deux volets : d’une part, l’insistance sur l’effervescence et la réflexivité qui s’incarnent dans l’organisation collective et dans le débat et la communication et, d’autre part, l’assimilation de la démocratie au conflit qui est pensé en termes de normalité et de processus. Cependant, la démocratie sociale a besoin d’un acteur, le citoyen, qui, comme le montrent les travaux en sciences sociales depuis des décennies, ne répond pas à l’appel de la construction de la démocratie.

    Un article de la revue Politique et Sociétés 

    Volume 36, 2017, p. 111–138

    https://www.erudit.org/fr/revues/ps/2017-v36-ps03063/1039825ar/
  • Les brise-glaces, c’est du sérieux

    Auteur(s) : Cousinade "La Gironde s'invente"

    2018

    Le guide antigadget pour éviter la surchauffe dans un débat démocratique.

    Ce petit recueil propose 10 brise-glaces et quelques conseils pour leur bonne utilisation en réunion.

    Document  élaboré collectivement par la Cousinade “La Gironde s’invente”, qui réunit le Conseil Départemental de la Gironde et plus de 200 collectifs engagés pour les transitions sociales, écologiques, alimentaires, pédagogiques, énergétiques, démocratiques, économiques… en Gironde : Territoires en transition, colibris, Agenda 21 locaux, actrices et acteurs de l’éducation pour un développement durable et de l’éducation populaire,  exploratrices et explorateurs de l’écosystème d’innovation publique LaBase, acteurs et actrices de l’innovation sociale, collectivités girondines, associations et collectifs citoyens, acteurs publics et privés, animatrices et animateurs de la participation citoyenne (groupe d’échanges de pratiques avec l’Institut de la concertation et de la Participation Citoyenne, acteurs de la responsabilité sociétale, jardiniers alimentaires, chercheuses et chercheurs, change makers, porteurs d’envies et de projets, tribu du changement, témoins inspirants du film “Ici et maintenant, la Gironde s’invente” et leurs complices… Elle est ouverte à toutes et tous.

  • Pouvoir d’agir et démocratie locale

    Auteur(s) : Charlotte Debray

    2017

    Cette note d’éclairage constitue le support d’intervention de Charlotte Debray, déléguée générale de la FONDA, lors de l’événement « Associations et démocratie locale » organisé par la municipalité de Grenoble le 8 juin 2017, à la Maison des associations de Grenoble.

    1. Démocratie en transition : trois courants coexistent
    2. Redonner du Pouvoir d’agir
    3. Les défis de la démocratie contributive
    4. Focus sur les budgets participatifs

    Mots clés : Démocratie locale ; Pouvoir d’agir ; Fragmentation sociale ; Citoyenneté ; Rapport individu-collectif  ; Collectivités territoriales ; Participation citoyenne ; Associations

    https://fonda.asso.fr/ressources/pouvoir-dagir-et-democratie-locale

  • Une neutralité militante : les médiateurs du dialogue territorial

    Auteur(s) : Julie Riegel

    2018

    Les médiateurs du dialogue territorial animent des processus de concertation visant à résoudre un conflit d’environnement ou construire un projet avec les différents acteurs concernés. Leur posture de neutralité vis-à-vis des protagonistes, des visions et des intérêts en présence, est centrale dans leur éthique et dans leurs pratiques professionnelles. Si des valeurs et des normes d’indépendance et d’impartialité sous-tendent cette posture de neutralité, celle-ci est d’abord une qualité : elle s’incarne dans une attitude active et empathique. Une dimension de la neutralité encore peu conceptualisée par ces professionnels, celle de l’équité, transparaît en outre à l’observation de leurs pratiques. Ils favorisent en effet des modes d’argumentation inclusifs des savoirs et des cultures non experts, comme l’expérience et le témoignage. Leur idéal de neutralité est cependant entravé par l’emprise d’une rationalité technique et bureaucratique sur la définition des objets de dialogue, et par une certaine difficulté à inclure les citoyens aux côtés des organisations, dans une parité de participation.

    https://journals.openedition.org/teth/1757
  • Influencing politics with signatures? Models and experiences of local citizens’ initiative

    Auteur(s) : OIDP - Ajuntament de Barcelona

    2018

    Signer pour influencer la politique ?
    Rapport sur l’initiative citoyenne au niveau local

    Cette étude a été réalisée par :
    – Pau Alarcón, professeur à l’Université Pompeu Fabra ;
    – Patricia García Espín, chercheuse à l’Institut des hautes études sociales – CSIC ;
    – Joan Font, chercheur et directeur de l’Institut des hautes études – CSIC ;
    – Yanina Welp, chercheuse principale du Center for Democracy Studies de l’Université de Zurich.

    Le rapport vise à contribuer à la connaissance et à la réflexion sur les outils de participation permettant aux citoyens de commencer un processus de collecte de signatures, dans le but d’influencer les institutions municipales. Des outils participatifs peu étudiés au niveau local qui, bien conçus, peuvent ouvrir de nouveaux canaux d’implication sociale.

    Cette étude a bénéficié du soutien de l’OIDP (Observatoire international de la démocratie participative) et du conseil municipal de Barcelone.
    https://oidp.net/fr/content.php?id=1517
  • Concertation et Planification en Urbanisme. Concertez aujourd’hui pour planifier votre territoire de demain

    Auteur(s) : DREAL Occitanie

    2018

    La DREAL Occitanie, avec le CEREMA et Melle Design, propose des outils pour vous aider à mieux comprendre et conduire votre démarche de concertation :

    Des fiches de présentation

     Un recueil de 10 fiches ressources

    Un jeu pédagogique

    http://www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr/la-concertation-publique-r8073.html
  • Démarches de participation, démarches de projet “Comment la participation habitante interroge-t-elle les pratiques et les métiers du projet urbain ?”

    Auteur(s) : Aptitudes Urbaines

    2018

    Dossier Aptitudes Urbaines

    Avec la contribution de Jodelle Zetlaoui-Léger. Tout au long de l’année, nous avons rencontré plusieurs professionnels de l’urbain : Olivier ANSART (ASA PNE), Gwenaëlle d’Aboville (Ville Ouverte), Alice COLLET (ANRU), Amandine Crambes-Richaud (ADEME), Eléonore Hauptmann, Jean-Didier Laforgue, Alain RENK, Eric Ruiz (Ville de Grenoble) …afin de recueillir leur témoignage sur les conditions concrètes de mise en place de la participation habitante dans les projets urbains.

    Cette nécessité de clarification collective des méthodes pour organiser la participation habitante apparaît d’autant plus importante à l’heure de l’urbanisme négocié et de la coproduction publique-privée, pour veiller à réserver un rôle à l’habitant dans le projet malgré les impératifs temporels, opérationnels et financiers de ces nouvelles commandes.

  • Expertise et démocratie : faire avec la défiance

    Auteur(s) : France Stratégie

    2018

    Pour éviter que la défiance envers l’expertise ne fragilise l’action publique, il faut apprendre à « faire avec ». Il s’agit de rendre l’expertise plus lisible et transparente, de rapprocher les cultures et surtout de répondre aux questions des citoyens, telles qu’ils se les posent.

    Les manifestations de défiance à l’égard des institutions, des responsables politiques, des journalistes, peuvent faire obstacle à l’émergence d’un consensus et fragiliser l’action publique. Ceux qu’on appelle les « experts » ne sont pas à l’abri de cette défiance. Plusieurs reproches sont récurrents : on entendrait « toujours les mêmes » dans les médias ; les « chiffres officiels » ne traduiraient pas la réalité vécue ; les experts ne seraient pas indépendants à l’égard des industriels et des politiques… Comment l’expliquer et mieux prendre en compte cette défiance dans l’élaboration des politiques publiques ?

    D’OÙ VIENT LA DÉFIANCE ?

    Si la défiance envers l’expertise n’est pas un phénomène nouveau, « elle prend cependant une forme inédite » aujourd’hui, notamment en raison du numérique, constate Daniel Agacinski, chef de projet à France Stratégie et auteur du rapport. Pourquoi ? L’augmentation du niveau d’éducation de la population, le ralentissement tendanciel de la croissance, les nombreux scandales (sang contaminé, Tchernobyl, Levothyrox…), autant de facteur qui ont installé le doute. Et les tentatives engagées pour « restaurer la confiance », via la participation, la quantification, la mise en place d’institutions plus indépendantes, n’ont pas fait disparaître cette défiance.

    « FAIRE AVEC » LA DÉFIANCE

    Ce rapport de France Stratégie ne propose pas de se résigner à la défiance, mais bien plutôt de prendre appui sur elle et de « l’incorporer aux instances d’expertise ». Comment ?

    • Répondre aux questions que se posent les citoyens, telles qu’ils se les posent, avec, par exemple, la création d’un défenseur du droit d’accès aux expertises.
    • Rendre l’expertise plus lisible, en misant sur la transparence et en créant un organe d’échanges entre les sciences humaines et sociales et le gouvernement.
    • Rapprocher les cultures : l’auteur propose par exemple d’organiser dans les ministères des « voies de remontée » du savoir de terrain.

    Autant de propositions qui, pour « modestes » qu’elles soient, visent toutes, en s’appuyant sur la défiance, à faire de l’expertise un écosystème plus ouvert à la diversité des savoirs, en phase avec les attentes des citoyens et à l’écoute de leurs doutes.

    https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs-rapport-expertise-et-democratie-final-web-14-12-2018.pdf
  • Penser et débattre ensemble. 2008-2018 : participation partout, démocratie nulle part ? Compte-rendu de la journée du 17 octobre 2018

    Auteur(s) : ICPC-Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne

    2018

    Ce document constitue la mémoire de la journée du 17 octobre 2018, qui a rassemblé quelques 150 personnes à l’occasion des dix ans de l’Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne.

    Les principaux moments de la journée :

    Dix ans de participation dans les territoires, quel bilan et quelles perspectives ?
    Retour sur les évènements préparatoires à la rencontre, qui ont brossé un panorama collectif des dix dernières années et édégagé des enjeux pour les dix ans à venir.

    Lecture critique de dix ans de participation
    Table ronde avec Marion Roth, Sandra Rataud, Audrey Pulvvar et David Prothais.

    Territoires méconnus, nouvelles frontières, pratiques pionnières
    Coups de projecteur sur le municipalisme, la santé, la recherche, les communs, le design de services, le community organizing.

    Participer dans un monde hostile ?
    Table ronde avec Loïc Blondiaux, Chantal Jouanno, Daniel Breuiller et Damien Mouchague.

     

  • Les projets, sources de conflits sur les territoires ? Le dialogue pour sortir de l’impasse : débats et retours d’expériences

    Auteur(s) : ICPC - Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne

    2018

    Dans les années récentes, des conflits comme ceux de Notre Dame des Landes et de Sivens ont marqué l’actualité. Mais ces conflits médiatisés sont des arbres qui cachent la forêt. De nombreux conflits plus discrets surgissent autour de projets d’aménagements parfois modestes (déviation routière, réserve d’eau, usine de méthanisation, parc éolien…) qui cristallisent des tensions et des oppositions sur les territoires. Les riverains s’inquiètent des futures nuisances, les usagers ont peur de devoir des usages remis en cause, les associations craignent des impacts sur l’environnement, les porteurs de projet aimeraient voir leur projet aboutir… Ces craintes peuvent apparaitre avant même que le projet soit défini.

    Dans ce cadre, à quel moment amorcer le dialogue, pour discuter de quoi et avec qui ? Cet atelier s’appuie sur les éclairages de la recherche et sur l’expérience des praticiens, autour de cas concrets. Un travail collectif a consisté à dégager des enseignements afin de guider l’action.

  • Guide méthodologique pour un dialogue constructif avec les parties prenantes

    Auteur(s) : Comité 21

    2015

    Ce Guide méthodologique a vocation  à accompagner la mise en œuvre  opérationnelle du dialogue par tous les  acteurs impliqués dans ces démarches  volontaires. Il a comme objectifs  principaux de :

    1. Proposer une liste de recommandations méthodologiques qui permettront à chaque acteur d’éclairer ses choix et  de construire sa stratégie de dialogue  avec les parties prenantes, de façon  adaptée au contexte et aux acteurs en  présence, et selon ses propres enjeux de  responsabilité sociétale.
    2. Servir d’aide à la mise en œuvre, à la conduite d’une démarche de dialogue et de base pour une auto-évaluation de la  démarche.
    3. Proposer une liste de questions permettant aux différents acteurs d’estimer si les conditions sont réunies  pour que le dialogue mis en place soit  constructif, engagé et productif.

    32 pages

  • Informer et dialoguer autour d’un projet de méthanisation. Bonnes pratiques à l’attention des agriculteurs porteurs de projets

    Auteur(s) : Ademe

    2108

    Les projets de méthanisation provoquent, quelle qu’en soit la perception positive ou négative, des changements sur le territoire. Alors que la plupart des porteurs de projets hésitent à communiquer, le fait d’informer et la capacité de dialoguer peuvent pourtant contribuer à faire comprendre la démarche.

    Ce guide explique comment analyser la situation et propose une série d’outils et méthodes pour informer et dialoguer. Il présente également des ressources pour accompagner les porteurs de projets  et une série de fiches de retours d’expérience.
    Ce guide, destiné principalement aux agriculteurs qui portent un projet de méthanisation, est complémentaire d’autres outils :
    • une grille d’analyse des projets de méthanisation destinée aux associations environnementales qui souhaitent dialoguer avec un porteur de projet (le Méthascope, développé par France Nature Environnement) ;
    • un livret pédagogique grand public (à paraître) pour permettre de comprendre la méthanisation et répondre aux interrogations sur les principaux sujets sociétaux.
    https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guideinformeretdialoguermethanisation-032018.pdf
  • Participation du public : vers un nouveau dialogue territorial ? Les règles issues des ordonnances de 2016

    Auteur(s) : AFITE - Association française des ingénieurs et techniciens de l'environnement

    2018

    Ce document constitue les actes du colloque du 4 juillet 2018 à paris, organisé par l’Afite en partenariat avec l’Institut de la  Concertation et de la Participation Citoyenne, Décider Ensemble, l’ENEP, l’Andra et l’UNICEM.

    Les ordonnances du 3 août 2016 instaurent de nouvelles règles en matière de mode de participation du public pour les projets impactant l’environnement. Elles créent de nouveaux droits pour les citoyens et ouvrent de nouvelles perspectives pour les décideurs de projets publics ou privés (Etat, entreprises, collectivités…).

    Ce colloque a permis, au vu de l’analyse juridique des dispositions et sur la base de témoignages et d’exemples concrets et récents (conflits environnementaux, projets d’entreprises ou de personnes publiques…), d’examiner comment ces nouvelles règles sont vécues par les acteurs directement concernés, en quoi elles modifient les relations entre les parties prenantes (entreprises, services de l’Etat, collectivités locales, associations, chefs de projets…) et en quoi la politique d’ouverture qu’elles instaurent est susceptible de transformer ces relations.

    La journée s’est articulée autour de présentations des nouvelles dispositions et de témoignages d’entreprises de plusieurs secteurs d’activités, d’élus et d’associations, ainsi que de deux tables rondes et d’ateliers.

    Publié par l’Afite. 88 pages, 25 euros

    http://www.afite.org/
  • Comment les outils numériques renouvellent la démocratie locale

    Auteur(s) : La Gazette des communes

    2018

    Face à l’essoufflement des partis politiques, la défiance vis-à-vis des élus et l’abstentionnisme des jeunes, les outils numériques apparaissent comme salvateurs. Et cet engouement pour ces dispositifs venus renouveler la démocratie n’a pas échappé aux acteurs privés. Des entreprise de « civic tech » (technologies civiques), en majorité des start-up, ont envahi le marché de la démocratie participative depuis 2015, en vendant aux collectivités des outils numériques au service d’une démocratie plus ouverte, plus transparente. Si certains y déplorent une ubérisation de la démocratie ; d’autres y fondent l’espoir de faire de la politique autrement. Eléments de réponse dans ce dossier.

    Sommaire

    1. Les civic techs au service d’une démocratie en danger
    2. « Les civic tech peuvent reconnecter citoyens et système politique » – Axelle Lemaire
    3. Commercialiser la citoyenneté n’est pas sans danger
    4. Qui sont les marchands de démocratie ?
    5. « La démocratie participative répond aux règles du marché », Alice Mazeaud, politologue
    6. Civic tech : des prestataires aux business models à risque
    7. « Loin de se résigner, les citoyens aspirent à jouer un plus grand rôle dans la vie politique »
    8. Le numérique, un outil au service de la participation citoyenne
    9. Gouvernement ouvert : les collectivités territoriales en première ligne
    10. Démocratie participative : les outils numériques doivent encore convaincre
    11. Plus ludique, la concertation attire tous les publics
    12. Bilan positif pour la plateforme numérique de participation citoyenne à Mulhouse
    13. « Les outils numériques permettent de répondre aux enjeux de la démocratie locale » – Nathalie Appéré, maire de Rennes
    14. Renouveau de la démocratie : les idées de Renaissance Numérique pour les collectivités
    15. Les applis de remontée citoyenne révolutionneront-elles la démocratie ?
    16. « La démocratie ne peut se réduire aux élections » – Jo Spiegel

     

     

    https://www.lagazettedescommunes.com/dossiers/comment-les-outils-numeriques-renouvellent-la-democratie-locale/