Agenda des évènements

Retrouvez ci-dessous les événements à venir dans le champ de la concertation. Cet agenda est participatif : n’hésitez pas à y ajouter vos propres ateliers, conférences, séminaires, projections… !
Les activités organisées par ou avec l’Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne sont identifiés par le sigle | ICPC |. Retrouvez la liste des événements passés dans le ‘Calendrier’


11 évènements trouvés
  • Rencontres de l’Interrogation Démocratique – Pour une démocratie de fraternité: le courage de parler vrai et d’agir juste

    Proposé par : Ville de Kingersheim

    Du 10 mai 2019 au 11 mai 2019

    14:00:00 - 14:00:00

    Les deux journées participatives sous forme de forum ouvert et de tables de discussions qui traiteront des limites, puis des valeurs démocratiques que nous voulons à l’horizon 2030 sur notre territoire.

    vendredi 10 mai 2019 - après-midi  suivi d'une conférence de Thanh Nghiem à 20h Samedi 11 mai 2019 -matin
  • LA PENSÉE INDISCIPLINÉE DE LA DÉMOCRATIE ÉCOLOGIQUE

    Proposé par : Loïc BLONDIAUX, Dominique BOURG, Marie-Anne COHENDET, Jean-Michel FOURNIAU

    Du 13 mai 2019 au 17 mai 2019

    19:00:00 - 14:00:00

    Alors qu'il y a peu encore, le principe de "concerter autrement [et de] participer effectivement" semblait acquis à la vie démocratique, l'utilité du débat public est questionnée par différents vents contraires. Le retour du populisme d'une part, la tentation d'un retour à la décision autoritaire d'autre part, contribuent à cette remise en cause. Alors que la création de la Cndp (1995-2002) faisait sens dans un contexte où l'on s'imaginait pacifier les rapports de l'humanité avec la Nature, les potentialités de la délibération démocratique se trouvent confrontées à l'urgence climatique et écologique. C'est une des leçons de Notre-Dame-des-Landes (avec Sivens, Bure, etc.) : la démocratie se définit aussi à partir de conflits et de ruptures qu'exigent aujourd’hui de nouvelles formes de vie plus respectueuse de l'écologie. La démocratie confrontée à de nouveaux défis est toujours à réinventer. La réflexion collective sur la démocratie écologique ne peut qu'être indisciplinée, une invitation à dépasser les disciplines à travers lesquelles sont pensées la démocratie, ses institutions et la participation. L'indiscipline est aussi un caractère du débat public, qui n'exclut ni ne trie, mais propose l'intelligence collective comme fabrique de la raison. L'indiscipline enfin, parce que les innovations et les formes nouvelles de vies démocratiques émergent en dehors de tout cadre institutionnel et n'en revendiquent pas nécessairement d'autres. La démarche indisciplinée de ce colloque vise une réelle confrontation entre la théorie et sa mise en œuvre dans des pratiques institutionnelles.

    CALENDRIER PROVISOIRE : Lundi 13 mai Après-midi ACCUEIL DES PARTICIPANTS Soirée Présentation du Centre, du colloque et des participants
    Mardi 14 mai LA DÉMOCRATIE À L'ÈRE DE L'ANTHROPOCÈNE Matin Dominique BOURG : La difficulté à exprimer la radicalité écologique dans les modes d'expression démocratique actuels Dialogue avec Serge AUDIER : Le défi écologique : une question soluble démocratiquement ? Après-midi Loïc BLONDIAUX : Les pathologies de la démocratie contemporaine : stratégies pour une renaissance La réforme constitutionnelle et la démocratie écologique, table ronde avec Marie-Anne COHENDET et Bastien FRANÇOIS Soirée Le "grand débat national", une réponse à la crise politique et sociale ? (table ronde)
    Mercredi 15 mai CONFLITS ENVIRONNEMENTAUX ET FORMES NOUVELLES DE VIE DÉMOCRATIQUE Matin L'écologie a-t-elle besoin de la démocratie ? Joëlle ZASK : Qu'est-ce que la notion de "public" ? Pourquoi cette notion (ré)émerge-t-elle avec l'écologie ? Dialogue avec Étienne BALLAN : Généalogie des conflits : ce que l'environnement apporte à la vitalité démocratique Corinne GENDRON & Mandy VEILLETTE : Science pacificatrice et controverses : dynamique de l'acceptabilité sociale au Québec Après-midi La démocratie entre procédures et émotions Corine PELLUCHON : La démocratie écologique au-delà des procédures Expertise scientifique et débat public Catherine LARRÈRE : Compétence et autonomie démocratiques Dialogue avec Michel BADRÉ : Le rôle et la place de l'expertise dans le débat public Soirée Expérimentations démocratiques, participation du public et démocratie participative, table ronde avec les lauréates et lauréats des deux éditions du prix de thèse de la Commission nationale du débat public et du Gis Démocratie et Participation : Barbara BERARDI-TADIÉ : Démocratie participative et pesticides : techniques de contre-lobbying citoyen [lauréate du troisième prix en 2017] Baptiste GODRIE : Injustices épistémiques et participation publique dans le champ de la santé mentale [lauréat du deuxième prix en 2015] Laura SEGUIN : Faire participer pour faire accepter ? Quand les sciences de la nature en appellent aux sciences sociales dans un projet de recherche participatif [lauréate du premier prix en 2017]
    Jeudi 16 mai L'INSTITUTIONNALISATION DE LA DÉMOCRATIE ÉCOLOGIQUE Matin Réinventer le débat public Jean-Michel FOURNIAU : Le débat public et l'agir citoyen pour la transition écologique Dialogue avec Mario GAUTHIER & Louis SIMARD : Le BAPE, 40 ans de démocratie écologique : entre survie et innovation Après-midi Ce que peut le droit pour la démocratie écologique Thierry TUOT : Que peut-on (raisonnablement) attendre du juge ? Marie-Anne COHENDET : La synergie entre droit international et droit constitutionnel pour renforcer la démocratie écologique Erin DALY : Le droit de la dignité humaine, comme instrument utile pour la démocratie écologique Soirée "HORS LES MURS" — À ART PLUME (Saint-Lô) UTOPIES DÉMOCRATIQUES ENVIRONNEMENTALES Soirée animée par les étudiants du Parcours Concertation et Territoires en Transition du Master politiques publiques de Sciences Po Rennes à Caen : Emma BEAUDOIN, Noémie BESSETTE, Clément BRANDELON, Julie FRANÇOIS, Aloise GERMAIN, Samuel LAFORGE, Goulven LEBRETON, Clara LE DIOLEN, Louison LEVRARD, Nala LORIOT, Flore PETIT, Coline PHILIPPE, Romane RAIFFÉ, Élise RIBARDIÈRE, Anne-Laure SCHOLASTIQUE, Lucile TAMAGNAN, Nolwenn THIRIET, Romane THOMAZEAU et Sandra VIAN, avec le concours d'Anne CHEVREL
    Vendredi 17 mai FACE AUX URGENCES, EST-IL ENCORE POSSIBLE ET TEMPS DE DÉLIBÉRER ? Matin Jeunes chercheurs, table ronde avec Dimitri COURANT (Délibérer pour sauver la planète : L'assemblée citoyenne irlandaise et la lutte contre le réchauffement climatique), Marine FLEURYCaroline LEJEUNE et Juliette ROUSSIN (De quelques doutes écologiques sur la démocratie) Conclusions Après-midi DÉPARTS

    Inscriptions

    https://cerisy-colloques.fr/democratieecologique2019/#Bulletin-Inscription
  • Participation citoyenne numérique : métiers et compétences dans les collectivités

    Proposé par : Mission Ecoter

    Le 15 mai 2019

    14:00:00 - 17:00:00

    Les collectivités font aujourd’hui face à l’impératif de rendre des comptes sur leur action en améliorant la transparence des choix de politiques publiques et en impliquant les citoyens. Les outils numériques offrent de nombreuses opportunités pour répondre à ces nouvelles demandes, puisqu’ils permettent d’enrichir la production et la transmission d’informations, de faciliter la mobilisation et l’échange avec les citoyens, ainsi que de co-construire des propositions et des politiques publiques. Cet usage du numérique se traduit cependant par une évolution des métiers impliqués dans la relation au citoyen et une transformation des compétences nécessaires en interne pour mener à bien ces projets. Comment les collectivités s’approprient-elles les outils numériques ? Quelles équipes sont impliquées dans les démarches de participation citoyenne numérique et dans la mise en œuvre de « civic tech » ? Quels sont les retours d’expérience en termes de moyens humains et financiers nécessaires pour mettre en œuvre ces outils ? L’objectif de cette rencontre est de poser le regard sur ce qui est souvent un « angle mort » du sujet, c’est-à-dire la conduite en interne de ces démarches participatives, les méthodes et outils utilisés pour mener ces projets et les difficultés rencontrées, du portage de l’idée jusqu’au retour au citoyen. PROGRAMME DETAILLE A VENIR
    Modération des tables rondes - Sylvain Raifaud, Maire-adjoint du 10ème arrdt de Paris, en charge de la démocratie locale et Conseiller Numérique aux Collectivités de la Mission ECOTER
    13h45 - Accueil des participants 14h00 - Mot d'accueil Olivier Julienne, Secrétaire Général de la Mission Ecoter ou sa/son représentante/représentant Caisse des Dépôts et Consignations 14h15 – Introduction Tatiana de Feraudy - Chargée de recherche - Association Décider ensemble 14h30 - 1ère partie - Impliquer les citoyens dans les décisions stratégiques 15h30 - 2ème partie - Engager les citoyens dans la gestion au quotidien 16h45 - Échanges avec la salle 17h00 - Fin des débats ATTENTION 
  • Le « débat public » : acteurs, structuration, ressources

    Proposé par : SAGE (Sociétés, acteurs, gouvernements en Europe), Université de Strasbourg

    Du 16 mai 2019 au 17 mai 2019

    09:30:00 - 17:00:00

    Dans les États qui ont recours à des élections concurrentielles pour réguler l’action publique, s’instaure une forme d’échange argumentatif, conflictuel et permanent, le « débat public », dans lequel les options de gouvernement (et les « problèmes publics » auxquels elles répondent), la hiérarchie des priorités et les catégories pertinentes pour penser la société sont énoncées, expliquées, critiquées, réexaminées par des acteurs s’exprimant à des titres divers : élus, hauts fonctionnaires, cadres partisans, journalistes, représentants d’intérêts organisés, militants de la société civile, experts, chercheurs, etc. Ce « débat public », qui manifeste et (ré)actualise les clivages du champ politique, emprunte des formes et des voies multiples : discours et déclarations publiques gouvernementales, débats parlementaires publicisés, « coups » et manœuvres partisanes médiatisées, talk shows télévisés et « matinales » radiodiffusées, flux continu des chaines d’information, commentaires journalistiques, analyses et tribunes dans les quotidiens, pétitions et manifestations, vidéos sur Youtube, essais publiés sur la politique, l’économie, la société, empilements d’avis sur les réseaux sociaux, etc. Autant de prises de position à visée électorale qui se répondent et s’entrecroisent, contribuant à structurer le « débat public ». Cette production de discours interdépendants apparaît fortement institutionnalisée, fondée sur la conjonction des activités d’assemblées élues (Chambre, Sénat), d’administrations ministérielles, d’intérêts organisés (partenaires sociaux, partis, think tanks, etc.) et d’organisations commerciales (grandes rédactions de télévision ou de radio, instituts de sondages, etc.). Son économie est mixte et son chiffre d’affaire cumulé, considérable. Les chances d’intervention des différents protagonistes dans ce débat sont évidemment très inégales, du fait de l’asymétrie de leurs ressources : chaque acteur, institution ou organisation intervient en fonction de ses moyens, du nombre de ses porte-paroles, de son degré de « professionnalisation » et du type de crédit qui lui est accordé (maitrise des dossiers par les ministres, sérieux et adaptabilité des experts, réputation de sincérité des porteurs de cause, etc.). Les arènes publiques voient ainsi s’établir, pour chaque sujet en débat, des rapports de force énonciatifs qui sont les effets émergents, jamais entièrement prévisibles ex ante, des convergences ou divergences successives des différents porte-paroles, experts ou commentateurs qui s’y investissent, par stratégie, professionnalisme ou engagement. C’est dans l’arène concurrentielle que constitue le « débat public » que les acteurs, les institutions et les intérêts divergents entrent en collision et en confrontation, dans un jeu d’énonciation compétitif au cours duquel émerge une perception dominante des problèmes publics que l’action publique ne peut pas ne pas prendre en compte, quitte à courir le risque de s’en éloigner. Ce « débat public » est par ailleurs contraignant pour ses participants, exige l’expression des acteurs de l’opposition comme de ceux du gouvernement, et peut donc aussi être analysé comme un dispositif d’encadrement et de gouvernementalité qui fabrique continument des « majorités énonciatives ». En ce sens, l’un des objectifs du colloque sera de déterminer dans quelle mesure exacte le « débat public », dans les formes qu’il revêt, est dépendant de l’État, de ses institutions, de ses administrations, de son financement, des positions qu’il autorise et régule (nombre de chaines publiques et privées, cahiers des charges imposant une part d’information, etc.), ou dans quelle mesure au contraire les acteurs « non étatiques » et « privés » peuvent influer sur sa structuration.
  • Faire participer les acteurs aux projets de territoire en faveur de l’environnement et de la transition

    Proposé par : URCPIE Auvergne Rhône-Alpes

    Le 16 mai 2019

    09:00:00 - 16:30:00

    Vous portez un projet ou animez des espaces de dialogue pour l’environnement et la transition en Auvergne-Rhône-Alpes ? Vous souhaitez impliquer les acteurs de votre territoire ? L’Union Régionale des CPIE d’Auvergne-Rhône-Alpes vous invite à venir découvrir les principes, enjeux et méthodes des démarches participatives au cours de cette journée régionale qui alternera ateliers participatifs, temps d’échanges et apports théoriques pour vous permettre de développer avec des accompagnateurs de CPIE vos initiatives de concertation et d’implication citoyenne. Inscriptions en ligne : https://goo.gl/forms/9TDCTGXHuNx7fA1T2 Informations : Marie Trouillet (eau-cpie.bugeygenevois@orange.fr) ou Emilie Moine (emilie.moine@cpie-pilat.fr)   Cette journée est organisée avec le soutien de l'Agence de l'Eau RMC  
  • Pourquoi ont-ils tué LIP ? De la victoire ouvrière au tournant néolibéral

    Proposé par : GIS Démocratie et Participation

    Le 22 mai 2019

    17:30:00 - 19:30:00

    Le séminaire du GIS Démocratie et Participation « Expérimentations démocratiques, participation, transformation sociale » est destiné à mettre en débat les travaux récemment publiés sur les expérimentations démocratiques, la participation politique et la démocratie participative. Cinquième séance le mercredi 22 mai 2019 Avec Guillaume Gourgues (Triangle, Université Lyon 2) à propos de l’ouvrage qu’il a coécrit avec Claude Neuschwander (patron de la relance de LIP en 1974), Pourquoi ont-ils tué LIP ? De la victoire ouvrière au tournant néolibéral, paru aux Éditions Raisons d’agir en juin 2018. Discutant : Maxime Quijoux (Printemps, CNRS) Programme complet : http://www.participation-et-democratie.fr/sites/default/files/seminaire_du_gis_2018-2019.pdf
  • Apéro ICPC – Quand la concertation vient transformer nos métiers

    Proposé par : Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne

    Le 3 juin 2019

    18:30:00 - 20:30:00

    L'Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne vous propose un apéro, gratuit et ouvert à tou.te.s, afin d'échanger sur le thème : "Quand la concertation vient transformer nos métiers : chercheur.se.s, architectes-urbanistes, animateur.trice.s social, culturel,..."

    Retrouvez-nous le lundi 3 juin 2019 de 18h30 à 20h30 aux Halles Faubourg, à Lyon.

    Praticien.ne.s de Lyon et sa région, venez découvrir les témoignages et les parcours diversifiés de quelques membres : Hélène Balazard et Anaik Purenne (recherche) ; David Chevallier (culture) et Hélène Cauchoix (animation socioculturelle)

    Ce temps sera l'occasion de partager également vos questions, expériences et analyses sur le sujet.

    Pas d'inscriptions
  • Journées Françaises de l’Evaluation – Evaluation et démocratie : les nouveaux territoires de l’action publique

    Proposé par : SFE - Société Française d'Evaluation

    Du 13 juin 2019 au 14 juin 2019

    Toute la journée

    « Evaluation et démocratie : les nouveaux territoires de l’action publique »

    Problematique des Journées Dès l’origine, l’évaluation a eu deux ambitions : améliorer la connaissance de l’action publique et rendre cette action plus efficace et plus efficiente. Où en sommes-nous 30 ans après le décret Rocard et le rapport Viveret, qui ont institutionnalisé l’évaluation de l’action publique en France ? La connaissance produite par l’évaluation a-t-elle contribué à enrichir le débat public et à mieux informer la décision ? Permet-elle de formuler un jugement sur la valeur des politiques publiques, ce qui est la vocation d’une évaluation citoyenne ? Ces questions gardent leur pertinence mais elles s’inscrivent désormais dans un paysage plus complexe et plus instable qui pose à l’évaluation de nouveaux défis : un contexte globalisé de l’action publique, traversé par de nouveaux enjeux (environnement, sécurité, économie) qui dépassent le cadre d’un seul Etat ; un système d’acteurs et de parties prenantes plus diversifié ; l’émergence de nouveaux territoires (nouvelles régions, métropoles, intercommunalités, …) dont les spécificités doivent être prises en compte. L’évaluation s’attache à rendre l’action publique plus lisible auprès de citoyens qui sont à la fois plus exigeants et plus méfiants : on constate en effet que le développement de l’évaluation, et plus largement de l’expertise à tous les niveaux, s’accompagne non pas d’une meilleure compréhension de l’action publique mais d’une défiance croissante vis-à-vis des paroles d’experts. L’évaluation peine, d’autre part, à s’intégrer dans le processus décisionnel : l’expert et le politique cohabitent mal. Pourquoi cette confusion et cette déperdition de la connaissance ? Quelles en sont les causes et comment y remédier ? Quels progrès ont été accomplis et comment les consolider ? Comment renforcer le développement d’une « démocratie éclairée » ? Aussi, la SFE propose-t-elle pour ces JFE 2019 les trois axes de travail suivants :
    • Axe 1 : Nouveaux territoires, nouveaux acteurs : quelles places pour l’évaluation ?
    • Axe 2 : L’évaluation confrontée au défi des mutations de l’action publique
    • Axe 3 : Evaluation et démocratie : pour une évaluation citoyenne
      Retrouvez le pré-programme dans le PDF joint.
  • École d’été internationale – Démocratie locale, décentralisation et gouvernance multiniveaux

    Proposé par : Chaire Territoires et Mutations de l’Action Publique de Sciences Po Rennes

    Du 26 juin 2019 au 28 juin 2019

    Toute la journée

    4ème édition de l'École d'été internationale  « Démocratie locale, décentralisation et gouvernance multiniveaux »

    En partenariat avec Brest Métropole et le Département du Finistère, les 26, 27 et 28 Juin 2019 à Brest (Les Ateliers des Capucins).
    La Chaire Territoires et Mutations de l’Action Publique de Sciences Po Rennes (Chaire TMAP) organise pendant trois jours son École d’été internationale :
    Démocratie locale, décentralisation et gouvernance multiniveaux : Les territoires sans l’État ? " 
    Cette École d’été s’adresse prioritairement à des chercheurs doctorants et postdoctorants (en Sciences Sociales), fonctionnaires territoriaux, élus locaux, agents d’urbanisme et autres acteurs du service public territorial. Comme lors des éditions précédentes, différents intervenants (universitaires, élus locaux, cadres territoriaux et experts), proposeront des conférences sur les enjeux qui traversent la gouvernance territoriale et les échelles de l’action publique dans ce contexte de transitions. Parmi les intervenants confirmés à ce jour pour ces trois jours de formation intensive :
    • Alice Mazeaud (Université de La Rochelle),
    • Patrick Le Lidec (Sciences Po Paris),
    • Stéphane Cadiou (Université Jean Monnet de Saint-Etienne)
    • Bénédicte Jarry (Réseau des médiathèques de Brest),
    • Christine Berthou-Ballot (Service patrimoine de Brest),
    • Romain Pasquier (CNRS/Sciences Po Rennes),
    • Marie-Christine Jaillet (CNRS/Université Toulouse Jean Jaurès),
    • Lionel Prigent (Université de Bretagne Occidentale).
    Des tarifs préférentiels sont fixés pour les participant(e)s qui s’inscrivent avant le 30 avril. De même, nous avons obtenu, du Crous de Brest, des tarifs préférentiels à 22 € TTC/nuit (pour les doctorant(e)s sur justificatif d’inscription universitaire 2018-2019) ; 27 € TTC/nuit (pour les post-doctorant(e)s). Pour bénéficier de ces tarifs, inscription obligatoire avant le 30 avril également. Pour s’inscrire, merci d’envoyer un courriel à chaire.tmap@sciencespo-rennes.fr
  • Le Grand & Vrai Debrief

    Proposé par : ICPC - Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne

    Le 5 juillet 2019

    00:00:00 - 00:00:00

    Alors que la contestation des Gilets Jaunes bat son plein, le gouvernement français annonce à la fin de l’année 2018 le lancement d’un Grand Débat National. L’objectif ? « Répondre à la demande des citoyens d’être associés à l’élaboration des politiques publiques », et in fine éteindre la crise que traverse notre société. La défiance vis-à-vis des conditions d’organisation, des garanties démocratiques et des engagements du gouvernement, partagée par un certain nombre de praticiens et chercheurs de la participation, mais aussi des citoyens et Gilets Jaunes est renforcée par l’éviction de la CNDP. Des initiatives comme « le Vrai Débat » émergent alors en réaction, reprochant au processus orchestré par le gouvernement son manque d’ouverture et d’impartialité. En tant que praticiens, nous avons tous vécu différemment cet épisode inédit et nous sommes questionnés sur l’opportunité de participer ou non à la démarche du Grand débat national.  Certains s’y sont engagés –spontanément ou non-  en tant qu’animateurs, facilitateurs, organisateurs, prestataires… tandis que d’autres ont préféré opter pour une posture d’observateurs ou encore se tenir complètement à l’écart.  Quel que soit le regard que nous portons sur la démarche, il n’en reste pas moins que le débat national a mis la participation citoyenne sur le devant de la scène. L’enjeu est de taille pour la participation et ses acteurs, avec le risque d’être tous discrédités en cas d’échec. S’il a certainement répondu au besoin quasi cathartique d’expression des Français, le Grand débat national a-t-il permis de faire entendre leur voix et de peser sur les décisions ? Aura-t-il pour effet de renforcer la culture de la participation et de la délibération ? Quels enseignements en tirons-nous pour l’évolution de nos pratiques ? L’heure est venue de dresser le bilan et de mettre en commun nos observations et réflexions, tant sur la méthode que sur le fond,  pour capitaliser les enseignements pour nos futures pratiques ! L'Institut vous donne rendez-vous vendredi 5 juillet à Paris (horaire, lieu et programme précis à venir prochainement) pour en débattre ensemble ! Inscription