Les Conseils de Citoyens en tant que Saisines Territoriales

La saisine territoriale citoyenne en tant que catalyseur des aspirations des populations au sein de la Nouvelle Gouvernance Publique est une opportunité démocratique. Cette saisine repose sur la possibilité aux Conseils de Citoyens d’exiger et de participer directement ou indirectement à la coproduction d’action publique. Cette saisine visera à préparer les rapports entre savoir, pouvoir et expertise pour construire, mobiliser des connaissances et des données afin de travailler efficacement sur la préparation et la mise en œuvre des politiques publiques Ce processus doit avoir une portée contraignante et institué par les décideurs publics. Dans ces conditions, les Tiers lieux seraient les lieux identitaires des Conseils de Citoyens en tant que saisines territoriales.

La Caisse alimentaire commune – Montpellier

En 2022, un collectif rassemblant citoyen-nes, acteurs locaux et collectivités s’engagent dans une expérience de démocratie alimentaire. Ils et elles imaginent ensemble la caisse alimentaire commune, pour défendre l’accès de toutes et tous à une alimentation durable !
Un film de Christel Lescrainier.

Repenser nos imaginaires démocratiques pour vivre ensemble avec le bassin versant du Rhône» – épisode intégral

Démocratie participative. Démocratie directe. Démocratie des lieux…

Comment repenser nos imaginaires politiques pour que les humains et les autres qu’humains y soient reconnus, entendus, pris en compte, et que se régénère le vivre ensemble dans et avec le bassin versant du Rhône ?

Nous sommes le 27 août 2023. L’été. Nous voici en Arles, la porte d’entrée de la Camargue, et déjà l’embouchure, là où le Rhône roule ses derniers remous jusqu’à la Méditerranée. Parade, le tiers lieux qui nous a accueillis était en effervescence. Il a fait chaud, très chaud. Au dehors, comme au dedans de l’Assemblée populaire du Rhône, commanditée par l’association id·eau.

Pour cette 4e et avant-dernière session, les panélistes, toutes et tous habitants du bassin versant du fleuve, ont plongé dans le grand bain démocratique. Après l’audition d’expérimentations de première main de nouvelles formes d’expression citoyennes comme des ZAD, des assemblées locales, une intense phase de production en groupes et en plénière a commencé.

Deux jours à questionner les légitimités, à agréger les savoirs, à confronter les avis, à polliniser les idées, à penser des utopies. Deux jours pour poser concrètement les premières briques de la réponse au mandat. Deux jours à faire démocratie en intelligence collective.

Dans ce podcast, nous entendrons les échos de ce chantier à l’œuvre. Les échos des panélistes, au cœur de l’édifice. Ceux des membres du Comité de gouvernance et du Conseil consultatif qui les accompagnent. Et ceux de personnes qui ont présenté des expériences ou ont observé les travaux de cette session…

Joyeuse démocratie ? #LeMomentDémocratique S1E3

Le Moment Démocratique est un Podcast propulsé par le Média Citoyen Le Moment et pensé par A Nous La Démocratie et l’Institut Rousseau.

Avec la participation de Julien Roirant d’Agoralab et animateur du groupe les apérocrates, Fanny Bénard et Serge Ollivier de A Nous La Démocratie et Hélie de Montety de l’Institut Rousseau.

Au menu de ce troisième épisode : et si la démocratie pouvait être une fête ? Un numéro spécial en partie enregistré lors de la #DémocraTeuf du 16 septembre 2023 sur la place de la République.

Aventures participatives : des élu·es se livrent face caméra

Deux élu·es des Hauts-de-France, convaincu·es que la participation citoyenne est une nécessité pour affronter les défis climatiques, racontent leur aventure. Projets menés dans leur collectivité, réussites mais aussi doutes et espoirs : il et elle se livrent sans tabou à la caméra ! Premier à partager son expérience, Michel Pernot Dubreuil est adjoint au maire chargé du développement durable et du budget participatif à Margny-lès-Compiègne.

Pour lire et voir la suite : cliquer sur ce lien.

 

Mémoire des forêts – épisode 5 : Conflits, la forêt d’empoigne

La forêt divise. Qu’il s’agisse d’exploiter son bois, de l’aménager ou de protéger ses écosystèmes, les avis divergent et s’expriment parfois violemment.

Est-ce nouveau ? Non.

Est-ce propre à notre société occidentale ? Il semblerait.

Avant d’aborder le vif du sujet, posons donc quelques jalons.

Dans l’épisode 3 de notre chronique, intitulé « Aux sources de notre imaginaire des forêts », nous avons vu que notre civilisation occidentale s’était bâtie en opposition à la nature sauvage, et qu’après plusieurs étapes décisives – agriculture et sédentarisation, romanisation, christianisation – , nous considérions désormais la forêt comme une pourvoyeuse de ressources ou de services. Dans cette vision du monde, L’Homme se met en dehors de la nature et considère avoir le droit d’y puiser à volonté, limité seulement en cela par la concurrence de ses semblables. Ce modèle n’est pas universel ; les cultures des peuples premiers, par exemple, considèrent les humains comme une pièce dans une sorte de grande machinerie universelle organisée par une nature souveraine qui impose ses règles à tous, règles qu’il convient de connaître et de suivre afin de vivre une vie en harmonie avec tous les êtres vivants ou inanimés. Cela donne un rapport à l’environnement totalement différent ; pour en venir à notre sujet, ces peuples n’ont pas, contrairement à nous, de conflit interne pour savoir comment utiliser les forêts, et pourtant elles parviennent à le faire, et sans les détruire.

Ainsi, si nous voulions répondre à la question « pourquoi nous disputons-nous à propos des forêts ? », la réponse fondamentale serait « à cause de notre façon d’imaginer le monde ». Cela expliquerait pourquoi la controverse dure depuis aussi loin que l’on puisse voir dans nos archives, c’est-à-dire au moins depuis le Moyen Âge.

En finir avec la démocratie défaillante

Désaffection pour la politique, populisme de droite et polarisation croissante de la société minent nombre de démocraties européennes. Les citoyens veulent plus que jamais avoir leur mot à dire. Les associer davantage aux décisions est-il la solution ?

REP 2023, Bonus – Interview de Guillaume Petit en format long

Dans le cadre de notre série sur les Rencontres Européennes de la Participation 2023, nous avons réalisé des entretiens avec de nombreuses personnes. Nous avons été frustrés de ne pas pouvoir explorer plus longuement chacune de ces conversations. Vous l’avez peut-être été aussi. Or, nous avions un enregistrement plus long avec Guillaume Petit (politiste spécialiste des dispositifs participatifs), intervenant dans l’épisode sur la controverse “La démocratie participative : source de plus d’égalité ou miroir grossissant des inégalités ?”. En écoutant cet épisode, vous comprendrez mieux :

  • Les résultats des recherches sur l’inclusion dans les dispositifs participatifs;
  • Son avis nuancé sur les dispositifs par tirage au sort;
  • Sa réflexion selon laquelle “”Faire participer ne fait pas pour autant une démocratie”;
  • Sa réflexion sur le développement récent de la recherche de l’intelligence collective dans les démarches participatives.

REP 2023, controverse 1 – Participation institutionnalisée ou mobilisation citoyenne : qui fait bouger les lignes ?

Les 7èmes Rencontres Européennes de la Participation se tiendront à Rouen du 26 au 28 juin 2023 et en numérique les 4 et 5 juillet.

Ces rencontres sont organisées en 4 controverses. L’une d’entre elles s’intitule “Participation institutionnalisée ou mobilisation citoyenne : qui fait bouger les lignes ?”. Vous avez envie d’explorer ce thème afin de préparer votre venue aux REP 2023 ?

En écoutant cet épisode, vous entendrez plusieurs intervenant.e.s exprimer leurs avis, expériences et réflexions dessus.

Avec les interventions de : Thierry Beaudet (président – CESE), Priscillia Ludosky (Gilets Jaunes), Ilaria Casillo (Présidente par intérim – CNDP).

REP 2023 – Les Rencontres Européennes de la Participation : pourquoi, comment ?

Les 7èmes Rencontres Européennes de la Participation se tiendront à Rouen du 26 au 28 juin 2023 et en numérique les 4 et 5 juillet.

Vous avez envie d’en savoir plus sur ces rencontres ?

En écoutant cet épisode, vous découvrirez :

  • Pourquoi Décider Ensemble organise des Rencontres européennes de la Participation depuis 2017;
  • Les Rencontres Européennes de la Participation 2023 : présentation du thème général et des controverses, format des rencontres, informations pratiques;
  • Pourquoi la Métropole et la Ville de Rouen accueillent-elles ces Rencontres cette année.

avec les interventions de : Bertrand Pancher (Président – Décider Ensemble), Katharina Zuegel (co-directrice – Décider Ensemble), Clara Caubet (chargée de communication – Décider Ensemble), Sylvie Nicq-Croizat (Vice-présidente en charge de la démocratie participative, de la co-construction citoyenne et de l’open data – Métropole Rouen Normandie).

Armel Le Coz : Faire Gagner la Démocratie

Armel est cofondateur de l’association démocratie ouverte, qui milite pour rendre nos institutions plus démocratiques. Dans cet épisode on va parler de VIe République, de référendums, de préférendum, conventions citoyennes, comment changer notre système de vote, financement des campagnes (bon pour l’égalité démocratique), indépendance des médias, pantouflage…

Webinaire franco-allemand : Les conventions citoyennes pour sauver le climat ?

Dans le cadre du 60e anniversaire de la signature du Traité de l’Elysée et soutenu par le Fonds citoyen franco-allemand, Décider ensemble et l’association allemande Mehr Demokratie e.V. ont organisé un webinaire avec traduction simultanée (français-allemand), autour de la question “Les conventions citoyennes pour sauver le climat ?”

Ces échanges ont été l’occasion de comparer les conventions citoyennes climat qui se sont tenues au niveau national en France et en Allemagne : dans quel contexte politique ont-elles eu lieu ? Quel a été leur impact ? Est-ce que ces types de format répondent aux demandes de participation autour de la crise climatique ? Peuvent-elles nous aider à renforcer la démocratie ? Que pouvons-nous apprendre les uns des autres ?

Avec l’intervention de : – Loïc Blondiaux, Professeur de science politique à l’université Panthéon-Sorbonne
– Jean Pierre Cabrol, membre de la Convention Citoyenne pour le Climat française et membre du comité de gouvernance de la Convention sur la fin de vie
– Roman Huber, Mehr Demokratie
– Rabea Koss, association Bürgerbegehren Klimaschutz
– Sven Manja, membre de la Convention Citoyenne pour le Climat allemande
– Ines Omann, KNOCA

Comment concilier démocratie et urgence climatique ?

Le temps de l’action climatique et celui des institutions démocratiques apparaissent parfois en décalage, ce qui devrait nous pousser à chercher d’autres modes de délibération et de décision, plaide la chercheuse Hélène Landemore dans ce nouvel épisode de notre podcast « Chaleur humaine ».

Les débats autour de la convention citoyenne pour le climat, le débat public sur le nucléaire ou le « grand débat » organisé par Emmanuel Macron ont suscité des interrogations sur la capacité des institutions actuelles à répondre aux enjeux du défi climatique.

Est-ce que notre système démocratique est compatible avec l’urgence climatique ? Est-ce que l’expérience de la convention citoyenne pour le climat est un modèle à suivre ou un échec cuisant ? De quels exemples peut-on s’inspirer pour faire progresser de front la démocratie et le climat ? Comment faire pour prendre les bonnes décisions – et les faire appliquer – dans le temps qui nous reste pour limiter les effets du changement climatique ?

Démocratie représentative : un modèle indépassable ?

Dans ce premier épisode, Laurence Bali questionne avec son invité Armel Le Coz un ordre établi qui semble pourtant indépassable à la plupart d’entre nous : la démocratie représentative.

Alors que beaucoup évoquent un profond malaise et la dégradation du rapport des Français aux élus et à la démocratie, l’on est en droit de se demander si un nouveau pacte démocratique, qui rebatte les cartes des places et des pouvoirs, est sérieusement envisageable.

Pourrait-on inventer une démocratie qui étende le pouvoir du peuple à d’autres fonctions que le simple choix de ses représentants ?

Designer, formé aux métiers de l’innovation en France et au Canada, Armel Le Coz s’engage au quotidien depuis plus de 10 ans pour des démocraties plus efficaces et responsables. Il a cofondé en 2012 l’association Démocratie Ouverte dont l’ambition est triple :

·       Garantir la transparence des décisions et l’intégrité des décideurs.

·       Permettre la participation de tous aux prises de décisions communes.

·       Accroitre le pouvoir d’agir des citoyens.

En 2019, suite au mouvement des Gilets Jaunes et au grand Débat, il contribue activement au lancement du collectif des Gilets Citoyens, à l’origine de la Convention citoyenne pour le climat.

DémoPratiques #10 Chantal Jouanno -“La CNDP : défendre les droits à la participation et à l’information”

« La démocratie participative n’est pas une théorie, c’est une pratique. » Cette phrase est de Chantal Jouanno, Présidente de la Commission Nationale du Débat Public. Alors qu’elle arrive à la fin de son mandat à ce poste qu’elle occupe depuis 2018, quelle est sa vision de la démocratie et de la CNDP ? En écoutant cet épisode du podcast DémoPratiques, vous comprendrez sa vision de la CNDP comme « défenseur des droits ». Plus précisément, vous découvrirez :

– pourquoi elle pense que la thématique de l’environnement est fondamentalement un enjeu démocratique ;

– sa vision de la CNDP comme un défenseur des droits à l’information et à la participation ;

– ce que doit être un « bon débat public » et les expériences de la CNDP pour aller chercher les personnes les plus éloignées de la participation ;

– pourquoi elle pense que la traditionnelle réunion publique ou encore le tirage au sort ne sont pas suffisants pour rendre un débat public inclusif ;

– les pratiques de la CNDP pour rendre concret son « principe de neutralité ».

La démocratie participative et les communs : collaborer à l’échelle sociétale

Communs, action collective et impact positif

Pour le dernier épisode de cette saison de “L’ère du CO”, on prend de la hauteur pour comprendre ce que collaborer veut dire à l’échelle d’une ville, d’un territoire, d’une société. Comment valoriser l’agir ensemble quand on a plus le choix de faire autrement au vu des défis sociétaux qui nous attendent ? Comment on se met d’accord pour gérer collectivement un bien ? Et c’est quoi aussi ce qu’on appelle les communs ?

Avec notre invité, Sébastien Keiff, nous allons parler démocratie participative, municipalisme, sociocratie, communs, etc. Nous allons partir d’exemples bien concrets pour comprendre comment fonctionne la prise de décision collective et l’impact positif du faire ensemble.

Et si on arrêtait de prendre les gens pour des cons ?

Les idées larges avec Jacques Rancière

Quand les Britanniques ont voté pour le Brexit, ou quand les Américains ont voté pour Trump, on a beaucoup entendu qu’ils avaient mal voté, qu’ils s’étaient “fait avoir par les fake news”, et qu’ils étaient “ignorants”.

Jacques Rancière est philosophe, professeur émérite à l’Université de Paris VIII et il fait partie des penseurs de la démocratie qui m’ont le plus marquée intellectuellement. L’une de ses hypothèses les plus puissantes est “l’égalité des intelligences”, une idée qui contredit donc complètement la tendance actuelle à déplorer la crédulité ou l’irrationalité des gens.

Mais peut-on vraiment dire que tout le monde a la même capacité intellectuelle? Quelles sont les implications politiques d’une telle affirmation? Et si on arrêtait de prendre les gens pour des cons ?

LA DÉMOCRATIE OPÉRATIONNELLE

Crise sanitaire, révolte des gilets jaunes, aéroport de Notre- Dame-des-Landes… Ces dernières années ont mis notre démocratie à rude épreuve. Dans ce contexte, la défiance à l’égard des dirigeants et des institutions apparaît de plus en plus aiguë. Accorder le pouvoir au peuple représenterait-il un idéal inatteignable ? Partant de ce constat, l’auteur invite chacun d’entre nous à se réapproprier la démocratie. Sortir d’une approche institutionnelle pour se centrer sur le concret et le terrain, c’est l’ambition d’une nouvelle pratique de l’action publique qu’il appelle « démocratie opérationnelle », et qui vise à donner toute sa place au citoyen.

Editions l’Harmattan

DémoPratiques 9 : Manon Loisel “Faire moins de participation mais mieux”

“Nous sommes nombreux à prendre des résolutions en ce début d’année. Et si notre résolution collective était de questionner réellement le sens et l’utilité des dispositifs participatifs ?Afin de réfléchir aux limites voire aux effets pervers de la démocratie participative, nous avons convié Manon Loisel à intervenir dans notre podcast. Consultante en politiques publiques territoriales depuis dix ans, elle a publié, avec Nicolas Rio, une tribune intitulée “Faut-il en finir… avec la démocratie participative ?”.
En écoutant cet épisode de DémoPratiques, vous découvrirez :- son constat d’une frustration et d’une perte de sens de la part des personnes qui organisent des dispositifs participatifs ;- les trois raisons pour lesquelles la démocratie participative peut contribuer à augmenter la défiance et à marginaliser les citoyens et citoyennes ;- les solutions qu’elle propose pour améliorer la situation. Bonne écoute !”
A voir en lien aussi avec ce podcast : l’article de Rio et Loisel !

Les Civic Tech peuvent-elles nous réconcilier avec la politique ?

Alors que les taux d’abstention ne cessent d’augmenter élection après élection, que la défiance vis-à-vis des politiques est toujours plus forte, quelles sont les solutions proposées par le numérique ? Les “Civic Tech” ont-elles fait leurs preuves et permettront-elles un renouveau démocratique ?

Avec
  • Grégoire Cazcarra
  • Tangui Morlier administrateur de l’association Regards citoyens
  • Clément Mabi chercheur à l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) au sein du laboratoire Costech

À 48h du premier tour de l’élection présidentielle, François Saltiel s’intéresse aux « Civic Tech » à savoir les initiatives numériques qui cherchent à redonner le gout de la participation citoyenne, œuvrent au bon respect du processus démocratique pour offrir au citoyen le pouvoir de décision.

Nous verrons dans quelles mesures ces civic tech parviennent à dépasser ou pas le mythe et à s’insérer réellement dans la vie de la cité. Quels sont les différents modèles, entre vigilance associative et mouvance entrepreneuriale ? Les civic tech sont elles neutres, comment peuvent elles devenir une arme de communication du politique ?

Chroniques Démocratiques : participation citoyenne

L’équipe de Chroniques Démocratiques cherche à comprendre et interroger la participation citoyenne un jeudi par mois sur Radio Campus Paris (93.9). Avec leurs invité.e.s, ils expliquent les pratiques autour de la prise de décision avec les citoyen.ne.s.
Quels sont les enjeux de la démocratie participative ? Qui participe ? Comment réussir un atelier participatif ? Oreilles curieuses, c’est par ici !

Comment faire du porte à porte pour mobiliser les citoyens tirés au sort ?

Fréquence Commune utilise la méthode du tirage au sort pour accompagner les municipalités qui souhaitent impliquer les habitants dans la vie de leur commune. C’est le cas par exemple de Poitiers qui a tiré au sort 100 habitants pour faire partie de son Assemblée citoyenne et populaire ou encore de Lyon et ses 135 tirés au sort.

La démocratie participative est-elle une bonne idée?

Les participants à la convention citoyenne sur le thème de la fin de vie vont entrer dans le vif du sujet en examinant, à partir de janvier, dix «enjeux prioritaires». Voilà un exemple de démocratie participative en France. On peut citer également le Conseil national de la refondation installé en septembre 2022 par le Président Emmanuel Macron, ou précédemment la Convention citoyenne pour le climat. Quel bilan pour ces concertations ? Le référendum doit-il être davantage utilisé ? Comment cela se passe-t-il à l’étranger ?

Qu’est ce qu’on fait dans une commune participative ?

Ce podcast vous est présenté par “Actions Communes”, le Réseau des communes participatives et par la coopérative Fréquence Commune.
Aujourd’hui près d’une centaine de communes françaises constitue ce Réseau. Dans ces communes les citoyens sont pleinement acteurs et actrices, avec les élus, dans la construction des décisions municipales et la vie de leur cité.

DémoPratiques #8 Valentin Chaput – “Faire participer le plus grand nombre grâce à des outils numériques éthiques”

Qu’est ce qu’un outil numérique éthique de participation citoyenne ?

Valentin Chaput est co-fondateur et co-directeur d’Open Source Politics, une entreprise spécialisée dans la mise en œuvre de tels outils. OSP a notamment accompagné l’Assemblée nationale française, la Métropole européenne de Lille, la Ville d’Angers ou encore l’Union Européenne dans des démarches participatives.

Au regard de son expérience, nous avons invité Valentin dans le podcast DémoPratiques.

Dans cet épisode, vous découvrirez :

– la définition d’un outil numérique éthique de participation ;

– pourquoi il pense que les outils numériques ne sont pas “magiques” ;

– une présentation de l’outil Decidim : sa genèse, sa communauté, ses évolutions ;

– les raisons pour lesquelles il pense qu’il faut que les individus multiplient leurs expériences de participation.