• Type d'offre

33 offres trouvées
  • EMPLOI - CDD, 3 ans renouvelables

    Grand Lac Communauté d’Agglomération (73) – Chargé.e de médiation sociale et développement local- Titulaire et/ou contractuel

    Débute le 9 novembre 2020

    Contexte

    La communauté d’agglomération GRAND LAC (28 communes) est implantée à Aix-les-Bains au bord du Lac du Bourget dans un territoire caractérisé par la qualité de son cadre de vie entre lac et montagnes, son fort dynamisme (économique et touristique), la richesse de son patrimoine, mais aussi par la qualité de ses services rendus à la population. 480 agents sont au service des 75 000 habitants répartis au sein de 5 pôles : CIAS, aménagement/développement, service à la population et ressource . GRAND LAC et le CIAS vous offrent un cadre de travail idéal dans un environnement professionnel convivial, bienveillant, dynamique et varié.

    Missions

    Grand Lac recrute un.e chargé(e) de médiation sociale et développement local positionné sur un poste d’adulte-relais (H/F), afin de mettre en place des actions de médiation sociale et contribuer activement au grand projet de renouvellement urbain qui va profondément transformer le quartier prioritaire de Marlioz, situé sur la commune d’Aix-les-Bains.
    Le parcours adulte relais implique un accompagnement professionnel et des formations professionnelles.

    Projet de renouvellement urbain Marlioz : relais d’information et de communication auprès de la population 

    • Assurer la bonne information sur le projet urbain auprès des habitants
    • Animer et assurer des temps de présence sur site dans la maison du projet afin d’accueillir les habitants
    • Concourir à la mise en place de la concertation (appui dans la mise en place d’animations : organiser des temps d’information, participer aux manifestations)
    • Accompagner le chantier de renouvellement : nouveaux usages, pédagogie et information auprès de la population
    • Susciter et organiser le développement de projets sur la thématique – histoire et mémoire des quartiers –

    Contribuer à la définition et à la mise en oeuvre des actions de gestion urbaine et de procimité (proporeté urbaine, surentretien, concertation) 

    • Participer à la démarche de GUP en lien avec les différents services de la ville et de l’agglomération : participer à l’élaboration et au suivi d’une convention GUP sur Marlioz, participation aux diagnostics en marchant et aux différentes instances
    • Contribuer à améliorer le cadre de vie des habitants : sensibiliser à la gestion des déchets par des animations auprès des habitants en partenariat avec le service valorisation des déchets de l’agglomération et veiller à la mise en œuvre des mesures de surentretien prévues par les bailleurs
    • Développer des partenariats pour accompagner la réalisation de projets

    Favoriser l’accès à la citoyenneté par des action d’accompagnement

    • Accueillir, écouter, orienter et exercer toute activité qui concourt au lien social
    • Créer du lien entre les habitants, les associations et les institutions
    • Organiser en lien avec les habitants et acteurs locaux des projets répondant aux orientations prioritaires du contrat de ville
    • Informer les familles sur les actions du quartier (fêtes de quartier, ateliers numériques-)
    • Développer la capacité d’initiative dans le quartier en accompagnant les démarches de la participation citoyenne

    Profil

    • Expérience en médiation souhaitée
    • Sensibilité et goût prononcé pour le contact avec la population, les usagers, le travail de terrain
    • Maîtrise de l’outil informatique et des logiciels de bureautique courants
    • Connaissances du tissu associatif
    • Rigueur, organisation, aisance rédactionnelle et relationnelle,
    • Capacités d’écoute, d’échange, et de synthèse et sens du travail en équipe
    • Strict respect des obligations de discrétion et de confidentialité
    • Connaissances des dispositifs de la – politique de la ville – mis en œuvre dans les quartiers prioritaires appréciées

      Critères de recrutement obligatoires

      Ce poste est soumis aux critères de recrutement liés au dispositif national des adultes-relais.
      Etre âgé de 30 ans au moins
      Etre sans emploi ou bénéficier, sous réserve qu’il soit mis fin à ce contrat, d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi
      Résider dans un quartier politique de la ville (dérogation possible)

    Conditions d’exercice

    • Temps de travail : temps complet, 70 heures par période de 15 jours
    • Congés annuels : 183 heures/an (au prorata de la durée de présence du contrat) organisées en lien avec le responsable hiérarchique direct
    • Recrutement par voie contractuelle : CDD droit privé contrat adulte-relais
    • Rémunération : à partir d’une équivalence SMIC avec prise en compte de l’expérience et du niveau formation, primes et avantages sociaux (tickets restaurant, participation mutuelle santé, adhésion CNAS)
    • Restauration collective/titres restaurant
    • Compte-Epargne Temps
    • Prise en charge Mutuelle
    • Amicale du personnel
    • Prise en charge frais déplacement formation
    • Prise en charge frais trajet domicile-transport en commun
    • Abonnement CNAS ou FNAS
    • Régime indemnitaire
    • ARTT

    Pour postuler

    Les candidatures sont à adresser avant le 17 octobre inclus sous la référence – 2020-35-MEDT-VILLE – et devront obligatoirement se composer de CV, lettre de motivation, justificatif de domicile de moins de 3 mois

    • Par courriel à recrutement@grand-lac.fr (envoi électronique à privilégier avec documents en format PDF)
    • Par courrier à Monsieur le Président de Grand Lac – 1500 boulevard Lepic – 73100 AIX LES BAINS

    Date du jury : jeudi 5 novembre


    > En savoir plus
  • EMPLOI - CDI

    Ville de Chambéry (73) – Chargé.e de la demande habitants

    Débute le 2 novembre 2020

    Contexte

    Dans le cadre du développement d’une politique de proximité et de démocratie participative, le ou la chargé(e) de la demande « habitants » assurera sur le quartier du Laurier, en lien étroit et sous la responsabilité hiérarchique du secrétariat général, et ce en partenariat avec son homologue sur le quartier du Centre, une veille territoriale et répondra à la demande habitants, accompagnera la concertation et la démocratie participative et facilitera par son expertise la territorialisation des politiques publiques.

    Missions

    • Assurer une veille territoriale et répondre à la demande habitant : Enregistrer et qualifier la demande, assurer le suivi, apporter les réponses adaptées ou orienter jusqu’à la réalisation des prestations, rédiger les courriers de réponse aux riverains ; Participer aux réunions hebdomadaires ; Collaborer, suivre les chantiers avec les partenaires ; Participer à la rédaction des notes d’ambiance à l’attention de M. le Maire en vue des réunions publiques ; Alimenter l’ordre du jour des réunions internes bihebdomadaires ; Participer au groupe stationnement, aider à la décision et en assurer le suivi administratif et technique ; Intégrer la mise en œuvre du projet stratégique visant à qualifier la relation usagers en lien avec la DRU ;
    • Accompagner la concertation et la démocratie participative pilotée par la secrétaire générale ;
    • Soutenir la mise en œuvre du développement local et territorial.

    Profil

    • Connaître l’organisation interne de la collectivité, les services, les partenaires extérieurs et plus précisément le quartier Centre ;
    • Recenser et hiérarchiser les demandes en fonction des publics et adapter la réponse en fonction des situations ;
    • Savoir s’organiser, être autonome et avoir le sens des initiatives ;
    • Etre rigoureux et constant dans la tenue des tableaux de bord et le suivi des demandes ;
    • Maîtriser les outils informatiques ;
    • Savoir réaliser une note de synthèse ;
    • Posséder un très bon relationnel avec les habitants, les services et partenaires ;
    • Savoir écouter, dialoguer et reformuler les demandes habitants ;
    • Savoir gérer un public parfois en difficulté ou agressif ;
    • Se montrer disponible et faire preuve de discrétion ;
    • Traiter les demandes dans un esprit de collaboration et de partage avec les services ;
    • Avoir une vision globale et transversale du territoire et partager sa connaissance.

    Pour postuler

    Postulez en ligne. (lettre de motivation + curriculum vitae à jour)


    > En savoir plus
  • EMPLOI

    Collège doctoral (Limoges) – Doctorat sur les innovations de la démocratie locale

    Débute le 1 janvier 2021

    Contexte

    La décentralisation revêt nécessairement une portée civique dès lors qu’elle multiplie les occasions pour les citoyens locaux de participer aux politiques publiques. Décentralisation et démocratie sont alors consubstantielles. C’est ainsi d’ailleurs que l’approche classique de la démocratie directe est théoriquement associée aux mécanismes de démocratie locale (consultations locales, pétition…etc). Pour autant, l’approche française s’en tient à une dimension principalement voire quasi-exclusivement indirecte de la démocratie locale en l’inscrivant dans sa seule acception représentative. Cette approche qui apparaît quelque peu réductrice révèle une certaine défiance à l’égard des
    mécanismes participatifs confirmée par un encadrement juridique tantôt insuffisant, tantôt inexistant. Une place résiduelle est ainsi accordée à la démocratie locale participative et, quand elle existe ou qu’on tente de la mettre en place, c’est pour mieux la raccrocher aux mécanismes classiques de la démocratie représentative. Les mécanismes participatifs alors mis en place n’apparaissent ainsi que comme des instruments de participation « périphériques » au travail délibératif des assemblées délibérantes locales.

    L’opinion publique semble toutefois de plus en plus encline à se réapproprier les mécanismes de participation à la vie publique locale. Les pouvoirs locaux ont ainsi réagi par la mise en place de procédés plus directs suivant en cela les discours récents portés un Etat désireux de renforcer la légitimité démocratique des décisions publiques.

    La démocratie locale semble donc à un tournant dans un contexte plus général de transfiguration démocratique faisant émerger de nouvelles figure d’autorité invitant à une relecture des perceptions classiques du pouvoir et ce alors même que la décentralisation s’inscrit de plus en plus dans une logique de rationalité, c’est-à-dire dans une acception plus administrative que réellement politique.

    Face à tant de paradoxes, les collectivités territoriales semblent vouloir emprunter d’autres voies en inventant, via, le plus souvent, le recours aux nouvelles technologies, de nouveaux procédés participatifs renouvelant, au passage, les approches classiques de la libre administration.

    L’encadrement juridique (qui reste indéterminé) de ces nouveaux procédés de démocratie directe locale interroge nécessairement, ainsi que les enjeux de ces innovations démocratiques : quelle(s) conception(s) de la libre administration, de la citoyenneté locale en découlent ? Lorsqu’elle dépend trop des nouvelles technologies, la démocratie participative peut-elle constituer un nouveau « marché » à réguler ? Ne faut-il pas craindre une ubérisation de la démocratie locale ?

    Il serait ainsi nécessaire, en partenariat avec les Collectivités territoriales et leurs établissements publics de coopération, de faire l’inventaire des procédés participatifs innovants qu’elles ont pu mettre en place découlant alors de leur seule initiative afin de procéder à une redéfinition de la place effective du citoyen dans l’élaboration des politiques publiques.

    Si l’analyse conduite s’appuiera sur une approche principalement juridique, elle ne pourra faire l’économie d’une démarche sociologique (élaboration de questionnaires) et de détours par la sémiotique par, notamment, l’analyse de la rhétorique des mécanismes participatifs.
    L’analyse du ressort géographique sera en outre fondamental à la recherche : quel(s) niveau(x) de pertinence, d’effectivité des innovations démocratiques : communal, intercommunal, départemental, régional ? La recherche de cette pertinence passera nécessairement par le recensement et l’analyse des mécanismes mis en place par les différents niveaux d’administration locale, ce qui supposera leur mise en perspective et la fédération des acteurs locaux autour du projet.

    Au final, l’enjeu de cette recherche pourrait être de proposer une revitalisation des mécanismes participatifs en mobilisant les élus et les citoyens locaux dans une démarche de réappropriation de l’outil démocratique ce qui supposera une meilleure circulation de l’information et, pourquoi pas, la mise en place d’un site dédié à la démocratie locale participative. Pourrait même s’imaginer la structuration d’une recherche plus pérenne sur ce point par la mise en place d’une Chaire et, en parallèle, d’un diplôme universitaire.

    La poursuite de tels enjeux nécessite donc une double coordination :

    • coordination entre l’Université et le monde socio-professionnel (par une étroite collaboration entre les chercheurs et les organismes publics –Collectivités et établissements publics de coopération intercommunale – représentant alors différents territoires : urbains et ruraux). L’association du monde socio-professionnel est absolument fondamental et des partenariats devront s’institutionnaliser de façon pérenne entre l’Université et les collectivités qui alimenteront nécessairement l’ensemble de la réflexion.
    • Fédération des différentes disciplines universitaires : si la recherche concerne d’abord et essentiellement les juristes, elle pourra être
      complétée par une analyse sociologique et sémiotique.

    Profil

    Le candidat devra maîtriser parfaitement les outils du droit public tant au plan méthodologique que sur le fond.
    Il devra ainsi justifier d’un niveau bac + 5 minimum en présentant des résultats convaincants dans les disciplines juridiques.

    Pour postuler


    > En savoir plus