La concertation est-elle rentable ? Note de lecture

Note de lecture de l’ouvrage :

La concertation est-elle rentable ? Environnement, conflits et participation du public
Cécile Blatrix et Jacques Méry (coord.), Edition Quæ, 2018

Note établie par Pierre-Yves Guihéneuf, Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne, août 2019.

Les Français, l’engagement, la confiance et la démocratie – Note de lecture

En quoi croient les Français et en quoi ne croient-ils plus ? La revue Sciences Humaines publie dans son hors-série n°24 de 2019 plusieurs articles sur ce sujet. Pierre Bréchon analyse les résultats d’une enquête sur les valeurs des Européens qui met en avant l’altruisme et la tolérance mais également l’érosion de la confiance dans la démocratie. Anne Muxel publie quant à elle une analyse sur l’esprit civique des jeunes. Dominique Rousseau propose des pistes pour renouveler la démocratie.

Ces articles font écho au Baromètre de la confiance politique 2009-2019 publié par Madani Cheurfa et Flora Chanvril du CEVIPOF dont quelques résultats sont résumés ici.

Note de lecture de l’ICPC (3 pages).

Le marché de la démocratie participative – note de lecture

Note de lecture du livre “Le marché de la démocratie participative” d’Alice Mazeaud et Magali Nonjon, Editions du Croquant, 2018.

Cette note de lecture établie par Pierre-Yves Guihéneuf et Lucie Anizon (Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne) ne constitue pas une critique du livre ni ne présente nos opinions, mais vise à résumer ce que nous avons retenu de l’ouvrage. Elle est donc nécessairement subjective et n’engage que nous.  Seules les citations entre guillemets sont extraites de l’ouvrage.

Lire notre note de lecture

Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation

Note de lecture rédigée par Martine Legris : voir lien.

« Il incombe aux sociétés d’assurer la participation de leurs membres en mettant à leur disposition les méthodes, outils, ressources, qui leur permettent de s’intégrer, non seulement sans qu’ils aient à sacrifier leur individualité, mais en outre, en jouissant d’opportunités de développement personnel » (p 278). Joëlle Zask, connue pour ses travaux sur le pragmatisme, et la théorie de la justice de Dewey, nous invite cette fois à un voyage dans l’univers de la participation, qu’elle découpe en trois temps : ceux de prendre part, de contribuer et de bénéficier, qui correspondent aux trois premières parties du livre. Celui-ci se clôt sur un chapitre consacré aux notions de bénéfice et de reconnaissance. Voici un projet intellectuel ambitieux qui renouvelle le débat sur les formes démocratiques de nos sociétés en nous proposant un modèle de « démocratie contributive ».

Gérer ensemble les territoires. Vers une démocratie coopérative

Nombreuses, novatrices et souvent pertinentes, ces initiatives méritent d’être mieux reconnues afin de créer plus de synergies entre la gestion territoriale de l’environnement et les pouvoirs publics. Dialogues entre agriculteurs et ostréiculteurs au sujet de la qualité de l’eau, débats autour de la gestion d’un espace naturel ou de l’aménagement d’un quartier : les auteurs s’appuient sur trois cents projets menés en France pour dresser un portrait aux mille visages de la concertation territoriale. Ils montrent comment ces initiatives multiformes instaurent une véritable culture de la concertation indispensable à la dynamique des territoires et introduisent une nouvelle façon de vivre la participation démocratique. Mettant en perspective ces différents projets, ils établissent ensuite un ensemble de propositions pour que démocratie participative et démocratie représentative se complètent plus harmonieusement.

En partenariat avec la Fondation de France.

Livre en téléchargement gratuit sur le site des Editions Charles-Léopold Mayer.

Note de lecture : voir http://developpementdurable.revues.org/9039.

L’évaluation des processus de concertation. Relief : une démarche, des outils

L’ouvrage, dont la publication (2006) est consécutive au projet « Concert » de l’ENSAR réalisé dans le cadre du programme Concertation Décision Environnement de 1999, est un guide destiné à l’usage de tous ceux qui s’intéressent à la concertation. Son titre « Relief » emprunte à l’outil qui fait son objet, un outil d’évaluation de la concertation et de médiation territoriale. Il signifie plus précisément «REseau support de la concertation, Liens inter-catégoriels, Espaces d’action collective, Effets sur l’objet de la concertation », en référence explicite aux quatre champs qui, selon les auteurs et concepteurs de l’outil – J-E, Beuret, N. Dufourmentelle, V. Beltrando – « mettent en relief les qualités qu’une démarche doit présenter pour qu’on puisse parler de concertation ». Chacun de ces champs est divisé en rubriques regroupant elles-mêmes des séries d’indicateurs relatifs à une même information. L’ensemble constitue une « grille », élaborée par les auteurs à partir de recherches sur des itinéraires de concertation. Cette grille a été testée dans divers régions et pays, pour être ensuite remaniée puis de nouveau testée.

La Documentation française.

Note de lecture : http://developpementdurable.revues.org/document6652.html

Environnement : décider autrement. Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux de la concertation

En mettant en place le programme de recherche « Concertation, décision et environnement » en 1999, le ministère chargé de l’environnement a apporté un éclairage majeur sur les processus de concertation et de participation mis en œuvre et il a fortement contribué à stimuler les recherches pluridisciplinaires dans ce champ. Il a également permis, grâce à une série de séminaires, de croiser les regards de chercheurs et de praticiens autour de ces travaux.

Cet ouvrage collectif présente une synthèse des travaux de recherche réalisés dans ce cadre.

L’Harmattan.
Note de lecture en téléchargement.